Chaque année UCLouvain propose aux élèves de la mineure en culture et création de participer au « Campus Artiste en résidence ». Cette année, c’est Laurence Vielle qui présente une résidence dont le mouvement est l’urgence poétique.  

Laurence Vielle © Poète National

J’ai la chance de pouvoir prendre part, dans le cadre de mes études, au « Campus Artiste en résidence » guidé par Laurence Vielle, poète, comédienne et metteuse en scène belge. Participer à ce campus, c’est avant tout rencontrer, la poésie, l’artiste, d’autres étudiants aux passions communes, des instants, des échanges, des évènements culturels. Toutefois, c’est aussi se rencontrer soi-même car l’expérience enrichissante nous implique dans la création culturelle. C’est à la fois vivifiant et épanouissant surtout dans le cadre des études, qui peuvent parfois paraitre étouffantes. 

La résidence s’articule autour du thème de l’urgence poétique. Par celui-ci, on traite de la poésie comme voie d’expression essentielle à remettre sur le devant de la scène. Face à la société d’urgence dans laquelle nous sommes plongés au niveau environnemental, politique ou dans d’autres domaines, la poésie peut servir à s’exprimer pour dénoncer, construire, agir, exister et symboliser. 

Nous sommes une dizaine d’étudiants à participer au campus , provenant chacun de domaines d’études différents, ce qui rend la résidence colorée. Ensemble, nous avons participé à une dizaine de séminaires durant lesquels nous suivions avant tout des ateliers d’écriture. On a notamment été invité à construire des poèmes en découpant des mots ou des expressions accrocheuses dans les journaux, à se balader en solitaire dans la ville de Louvain-la-Neuve tout en écrivant sur ce que l’on apercevait, ou encore reconstruire des poèmes à partir d’œuvres connues. Nos écrits pouvaient naitre de rencontre avec d’autres poètes, que ce soit personnellement, comme ce fût le cas avec Jérémie Tholomé, ou à travers une œuvre, comme celle de Ferlinghetti, Poésie art de l’insurrection. Nous avons aussi écrit à partir de lieux culturels, comme le musée L de Louvain-la-Neuve, en allant visiter la galerie des moulages. Ces moments étaient également l’occasion d’échanger entre nous des noms de poètes, des titres de recueils ou d’actions qui nous semblaient « poétiques », ce qui nous a permis d’ouvrir notre connaissance générale sur le domaine de la poésie.

Nous sommes également sortis hors des cadres du cours en participant à des activités culturelles. Nous avons entre autres assisté à différents Midis de la poésie, « conférences » auxquelles il est possible de participer sur certains temps de midi autour d’un poète ou d’une réflexion qui aborde le thème de la poésie. Ainsi, nous avons découvert l’histoire et les mots de Liu Xia, qui fût en résidence surveillée en Chine, une réflexion philosophique proposée par Pascale Seys sur la poésie comme mode d’emploi du monde et un spectacle perçant autour de la plume de Gherasim Luca. D’autres Midis de la poésie attendent encore de se révéler à nous… Nous sommes aussi allés à BOZAR pour nous confronter au vécu et aux sculptures de Brancusi, mais également au Théâtre National pour assister au spectacle Burning qui revient sur le phénomène prégnant du burn-out. Plus largement, ce Campus nous confronte ainsi aux productions culturelles du moment pour nous éveiller au monde de la culture, inspiration pour nos écrits et animations pour nos esprits. De nombreuses boites aux lettres ont été déposées dans la ville de Louvain-la-Neuve où nous vous invitons à y déposer anonymement ou personnellement vos productions poétiques. L’âme de la ville a été vivifiée par des affiches de phrases poétiques inspirées par le travail de Ferlinghetti et, dans un second temps, puis recomposées avec les productions qui ont émanées des étudiants du Campus. Des plaques commémoratives avec nos productions vont également être déposées dans la ville. Toutes ces activités permettent de laisser une empreinte de cette expérience autour de la poésie… 

L’aboutissement de ces séminaires se déroulera le 19 mars 2020 avec une nuit de la poésie où diverses activités seront proposées. Les étudiants du séminaire proposeront chacun des activités à des endroits du Musée L, mais des acteurs extérieurs se joindront à nous pour animer cette soirée. Une occasion de croiser la poésie et de l’accoster sous différents angles.