Aller directement au contenu.

Rubrique Cinéma

  1. Mon oncle
    « ce documentaire de demain »

    Les Grands Jacques, ça ne court pas les rues, au sens figuré en tout cas. Au sens littéral, c’est une autre histoire. Moi, j’en connais deux qui ont dû battre le pavé pour saisir avec tant de justesse les manières de leurs contemporains. Le premier est l’auteur de ces quelques lignes jetées…

    par

  2. Aimer, boire et chanter,
    un dernier goût amer

    Ce film n’aurait pas dû être le dernier d’Alain Resnais, pour deux raisons au moins : soudainement disparu en février 2014, le réalisateur en préparait déjà un autre ; par ailleurs, Aimer, boire et chanter ne mérite pas d’occuper cette lourde place symbolique dans son œuvre. Car, disons-le d’emblée, Aimer, boire et chanter, n’est…

    par

  3. Les maths, à quoi ça sert ?

    Au début du film, face à leur écran d’ordinateur, plusieurs adolescents expriment leur aversion pour les mathématiques : « Un mathématicien, c’est un autiste, un fou, un être avec un tableau dans sa tête. » La salle rit de bon cœur. La parole est ensuite donnée à un jeune étudiant, un geek…

    par

  4. Monuments Men : faut-il sauver
    le soldat Clooney ?

    Dans son nouveau film, George Clooney s’intéresse à une facette méconnue et pourtant véridique du second conflit mondial : les Monuments Men. Alors que les Américains endossent leur costume préféré, celui de sauveur du monde libre, Clooney, lui, se perd en Europe. Sur fond de tensions russo-ukrainiennes, et alors que Barack Obama…

    par

  5. À bord du Darjeeling Limited

    Pour la première séance privée de son cycle Wes Anderson, le ciné-club de l’Ihecs a choisi The Darjeeling Limited, cinquième film du cinéaste texan. Une déception, sauvée par le visionnement en préambule de l’épatant Hôtel Chevalier, son second court métrage. Tenant lieu de prologue de The Darjeeling Limited, Hôtel Chevalier est un…

    par

  6. Nebraska, on est bientôt arrivés ?

    C’est en catimini qu’est arrivé Nebraska sur nos écrans. Pourtant, le nouveau film d’Alexander Payne se révèle être un concentré de ce qu’il a fait de meilleur, nous proposant d’embarquer pour un voyage dans une Amérique qui semble dater du siècle dernier, mais qui est en réalité bien actuelle. Woody a gagné…

    par

  7. Diplomatiquement vôtre Gentlemen aigris mentent

    Sur l’affiche, il y a Niels Arestrup qui soutient le regard d’André Dussollier qui toise Niels Arestrup. Leurs ventres se touchent presque à contre-nuit. Entre leurs deux profils, s’élève à l’arrière-plan une tour Eiffel embrumée. Et puis, cette phrase : « Une nuit pour sauver Paris de la destruction. » Le décor…

    par

  8. American Hustle, l’art de la survie

    Avec American Hustle, David O. Russel confirme son grand retour entamé avec le très réussi Silver Linings Playbook l’année dernière. Armé, comme souvent, d’un casting imparable, le réalisateur investit l'univers attirant de l’escroquerie pour nous servir une galerie de personnages tous plus paumés les uns que les autres dans un monde qui…

    par

  9. Le grand hôtel décalé de Wes Anderson

    Film d’ouverture et grand prix du Jury au dernier festival de Berlin, The Grand Budapest Hotel transporte l’univers de Wes Anderson dans l’Europe centrale des années 1930. Génie du lieu, casting phénoménal, construction en poupées russes, feu roulant de péripéties feuilletonesques, humour et mélancolie : c’est un régal. Le film a inauguré…

    par

  10. La Pologne de ses rêves

    Alors que le communisme bat son plein en Europe de l’Est, Pawel Pawlikowski naît en 1957 à Varsovie d’un père médecin juif et d’une mère professeur d’anglais à l’université. Témoin de la séparation de ses parents, Pawel voit son père fuir la Pologne pour Vienne. Deux ans plus tard, alors qu’il a…

    par