Aller directement au contenu.

Rubrique Livres

  1. Rosa
    Un combat de boxe littéraire

    Rosa de Marcel Sel, paru aux éditions ONLIT, se lit comme on assiste à un combat de boxe, mais littéraire, entre un père matérialiste et un fils qui se veut écrivain.

    par

  2. Comme un chef
    la mise en cases
    d’une passion dévorante

    S’il fallait expliquer ce qu’est la découverte d’une passion à quelqu’un qui n’a encore jamais eu la chance de le vivre, le roman graphique de Benoît Peeters et d'Aurélia Aurita serait sans aucun doute une première lecture à conseiller tant il transporte le lecteur, avec intelligence et poésie, au cœur des souvenirs d’une jeunesse marquée par la rencontre de la cuisine.

    par

  3. Je n’aime d’amour
    que le côté marin

    Début mai, Chantal Thomas, ou l’élégance littéraire française dans ce qu’elle a de plus authentique et sadienne, présentait à Passa Porta son dernier ouvrage. L’occasion d’une rencontre située à mi-chemin entre mère, océan et composition romanesque.

    par

  4. Astrid Chaffringeon
    vivre et se défendre, l’écriture

    Rencontre avec Astrid Chaffringeon à l'occasion de la parution de Chambre avec vue, paru chez Éléments de langage : balade le long de quelques extraits...

    par

  5. Le figurant
    la vie Orangina

    Baisers volés, rêves mouvants, bonheur fané… que reste-t-il de nos amours en fuite ? N’est-on jamais que le figurant de sa propre vie ?

    par

  6. Fuck America
    d’Edgar Hilsenrath
    à lire d’un souffle

    Merci. La critique pourrait s’arrêter là. Merci au Tripode de ressortir Fuck America, ce brûlot à la fois drôle et grinçant. Merci de publier l’œuvre entière d’Hilsenrath. On n’en trouve pas tous les jours, des trésors comme celui-là !

    par

  7. La Dissipation
    Éloge de l’absence

    La Dissipation raconte une tentative d’enquête littéraire qui débouche sur un roman d’espionnage. Entre littérature, LSD, complot et obsession, qui recherche-t-on ?

    par

  8. Laissez les objets
    raconter vos histoires

    Le Gant d’Anne Collongues et Patrick Devreux raconte l'histoire simple d’une femme ayant perdu son bien. De là découlent plusieurs histoires, entre ressenti, souvenirs et sentiments, pour la protagoniste mais aussi pour le lecteur.

    par

  9. 2084,
    et si c’était vraiment
    la fin du monde ?

    2084, un absolutisme religieux. Boualem Sansal nous dépeint de manière fictionnelle et philosophique une société totalitaire et rétrograde. Mais et si c’était réel ? La dystopie se veut actuelle, fondée sur nos peurs et nos troubles.

    par

  10. Fausse route,
    Pierre Mérindol ?

    La frustration est peut-être le sentiment le plus fort que m’a laissé Fausse route de Pierre Mérindol. Le sentiment d’être sur le point de dénicher une pépite méconnue, oubliée dans les tiroirs. Sauf que je suis resté sur ma faim ; une ambiance brumeuse, presque malsaine mais une histoire plate, fantomatique qui laisse le spectateur au bord de la route.  

    par