Aller directement au contenu.

Rubrique Musique

  1. This is your song (14)
    Everybody Needs Somebody to Love
    The Blues Brothers

    « Classe : Qualité exceptionnelle, distinction de quelque chose ou de quelqu’un. » Voire de plusieurs quelqu’uns en l’occurrence ; avec évidemment, en figures de proue, ces lascars de Dan Aykroyd et John Belushi. D’ailleurs, il convient mieux ici de parler de clââsse (si, si, ça existe, c’est un supersuperlatif). Je veux dire, c’est fou…

    par

  2. This is your song (13)
    Wolves and Wolverines
    Old Time Relijun

    Quand le free jazz rencontre le punk et s’entiche d’un groin D’un côté, un jeune veuf voit sa maison se transformer en usine à cochons volants. De l’autre, une grogne animale, éructation masochiste, retentit sur fond de blues déstructuré à la Captain Beefheart. Le tout baigne dans une atmosphère électrique, sombre et mécanique. Normal. Nostalgique…

    par

  3. This is your song (12)
    Dernière Danse
    Indila

    J’aime virevolter sur la voix aux intonations arabisantes d’Indila, qui chante sa Dernière Danse. Errant dans la Ville lumière pourtant si sombre dans les moments difficiles, la jeune Française exprime avec beaucoup d’émotion et de poésie sa souffrance née de l’absence d’un être cher. Souvent, à l’écoute de ce titre, je repense à mon frère…

    par

  4. This is your song (11)
    Won’t Get Fooled Again
    The Who

    Certaines chansons émeuvent, parfois jusqu’aux larmes retenues : Don’t Give Up de Peter Gabriel, Toulouse de Nougaro… Au fond de soi et à fleur de peau, on sent pourquoi. Pour moi, c’est surtout Won’t Get Fooled Again des Who. C’est une affaire de contrastes : les sons électroniques de l’intro, faussement optimistes, et les riffs…

    par

  5. This is your song (10)
    Hold on
    Deep Purple

    Moi, dans Deep Purple, je trouve que c’est comme dans le cochon. Tout est bon. Y compris Strombringer, l’album qui a fait fuir Ritchie Blackmore, qui est le plus détesté par les fans et qui a été longtemps mon préféré. Comme on chronique ici des chansons et non des albums, j’ai choisi de mettre Hold…

    par

  6. This is your song (9)
    Water Fountain
    Tune-Yards

    Grosse claque lors des dernières Nuits du Botanique, Tune-Yards m’a complètement emporté dans son univers rythmique décalé. Pas moyen de résister à cette musique « pop » expérimental lo-fi aux influences folk. Le tout est incroyablement mené par l’auteur-compositrice et interprète du groupe Merrill Garbus. Après avoir tenté une carrière théâtrale elle s’est tournée vers…

    par

  7. This is your song (8)
    Enola Gay
    Orchestral Manoeuvres In The Dark

    À vrai dire, ce genre de musique n’a jamais eu ma préférence (trop sec, trop propre), mais il se fait que, passagère d’une voiture (c’était mon autre choix), un été, j’ai traversé la France dans tous les sens avec cette seule cassette coincée dans la machine. Pour moi, Enola Gay, c’est donc un interminable ruban…

    par

  8. This is your song (7)
    Ladies in Mercedes
    Tina May

    Le marché de la chanteuse-de-jazz étant saturé de mouquères à voix interchangeables proposant de la variété vaguement jazzy pour lobbies d’hôtel et PDG fatigués, ce fut un jour de fête que celui où l’on a découvert Tina May voici quelques années, aiguillé par le nom de notre cher Tony Coe qui l’accompagne sur un disque…

    par

  9. This is your song (6)
    On court
    Yannick Noah

    C’est avec une excitation difficilement retenue qu’en ce printemps 2014, je découvris le nouveau clip de Yannick Noah, extrait de son dixième album (ah ben oui, quand même). Ce deuxième single, dont la mélodie n’est ABSOLUMENT pas inspirée de celle de Get Lucky, atteste de la volonté du tennisman d’assumer un repositionnement artistique assez radical…

    par

  10. This is your song (5)
    Halo
    Machine Head

    En général, j’aime pas les chansons longues dans le metal. Ça sert absolument à rien. C’est du bête remplissage pour dire : « Regardez comment on arrive à jouer le même riff pendant cinq minutes pour en tirer une atmosphère mystifiante et entraînante. » Suffit de voir un groupe comme Dream Theater qui se perd…

    par