Aller directement au contenu.

Feuilleton C'est du belge !

C’est du belge !, comme son nom l’indique…

  1. C’est arrivé près de chez nous

    Film culte pour toute une génération, il aura lancé la carrière de Benoît Poelvoorde : C’est arrivé près de chez vous fête cette année son vingt-cinquième anniversaire et Alexis Alvarez revient pour Karoo sur ce chef-d’œuvre d’humour noir du cinéma belge. J’imagine que tous les jeunes qui grandissent dans des villes à…

    par

  2. Sauvage comme un café serré,
    Gunzig a encore frappé !

    À travers le récit d’un Tarzan des temps modernes catapulté dans notre monde asservi aux réseaux sociaux, la Vie sauvage nous renvoie violemment à la vacuité de nos vies d’animaux civilisés, le tout sous la plume d’un Thomas Gunzig boosté aux amphétamines d’un verbe acerbe. Google View, cette invention qui cartographie le…

    par

  3. À voie basse
    Treize façons d’interroger
    la maternité

    Aliénor Debrocq dresse une vision kaléidoscopique de l’enfantement, d’un point de vue essentiellement féminin. Elle mélange avec subtilité son expérience intime aux questionnements à résonance sociétale, voire universelle. À voie basse est son second recueil de nouvelles, paru chez Quadrature, une maison d’édition belge entièrement consacré à ce genre littéraire. Tu ne…

    par

  4. Okraïna
    Faire germer les territoires
    musicaux d’à côté

    À l’ère du streaming, quelques irréductibles chérissent davantage la pépite hors-champ. Depuis quasiment 5 ans – et plus sous d’autres casquettes – Philippe Delvosalle injecte son énergie de passeur dans ses « disques du faubourg » au format rare – 25 cm ou 10 inches – comme autant de sésames passe-murailles. Écrire sur la…

    par

  5. À la galerie Rature,
    Un Faux Graphiste

    Du 19 mai au 17 juin 2017, la galerie Rature du KulturA. présente les détournements de Gil Blondel, aka Un Faux Graphiste.   En 2015, ce jeune étudiant en écriture et analyse cinématographiques crée sa page Facebook pour y partager ses montages, ses fausses affiches publicitaires, ses fausses couvertures de magazines, mais…

    par

  6. Mon ange
    allégorie sensorielle

    C'est avec un film inclassable, mais aussi poétique, que Harry Cleven revient, dix ans après avoir réalisé Trouble. Le scénario est simple : un garçon invisible, Mon ange, vit une romance avec Madeleine, une petite fille aveugle. Voulant découvrir à quoi il ressemble, elle part se faire opérer les yeux. Antoine de Saint-Exupéry écrivait que « l’essentiel est invisible…

    par

  7. Un roman paranoïaque

    Le Baronian cuvée 2017 nous rapporte la descente aux enfers d’un employé du ministère de la Culture. Une aventure fleurant bon Kafka et la guerre froide, l’ère du soupçon et de l’altérité. Flippant ! Les premières phrases du livre : « Le bureau qu’occupait Sébastien Delage, le secrétaire général de la direction des ressources…

    par

  8. Les sorties Genèse
    de janvier et février 2017

    Trois parutions marquent le début de cette année 2017 aux éditions Genèse : la Vodka du diable de George Arion ; Hong-Kong Blues d’Alain Berenboom ; et le Mauvais Rôle de Jean-Baptiste Baronian. En février, un polar de George Arion, la Vodka du diable, dont Genèse avait déjà sorti Cible royale et Qui veut…

    par

  9. Le conte de Noël
    de Patrick Delperdange !

    Karoo a élu la réédition du Chant des gorges au rang des meilleures parutions de 2015. Chroniqué avec enthousiasme Si tous les dieux nous abandonnent l’année suivante. L’histoire d’amour Delperdange/Karoo va-t-elle perdurer ? J’étais perplexe au moment d’attaquer la lecture du Cliquetis, ayant assisté à son vernissage et surpris des informations sur…

    par

  10. Une errance glissant
    du polar vers la philosophie

    L’Inconnu du parvis, le troisième roman de Giuseppe Santoliquido, confirme le talent patent et original d’un auteur à ranger désormais parmi les valeurs  sûres des Lettres belges. Qui témoignent présentement d’une vitalité notable. L’Inconnu du parvis de Giuseppe Santoliquido est paru chez Genèse Édition. Au premier degré, le roman se résume aisément.…

    par