Aller directement au contenu.

Feuilleton This is your song

This is your song, c’est une vidéo | une chanson bien choisie et juste quelques lignes. 1er, 2e, 3e degrés bienvenus !

  1. This is your song (61)
    Robert Forster
    I Love Myself and I Always Have

    [youtube id="B0xvOSjLaD4"] Faute de version studio disponible sur le ouèbe, on propose ici une version live (qui ne correspond pas exactement, on s'en doute, à la description du morceau proposée dans l'article) et on vous conseille bien entendu chaleureusement de vous procurer l'album. Songs To Play (2015). Derrière le réjouissant ascétisme du titre se…

    par

  2. This is your song (60)
    A Tribe Called Quest
    Check the Rhime

    [youtube id="1QWEPdgS3As"] On est en 1991 et le hip hop est loin d'être une culture si populaire que ça : c'est encore l'affaire d'une communauté, élargie à ceux qui ont les oreilles grand ouvertes. Check the Rhime permettra donc à quelques autres de se déboucher définitivement les pavillons. Posées sur les samples impeccables1 d'Ali…

    par

  3. This is your song (59)
    Bonnie « Prince » Billy
    Coney Island

    [youtube id="B_FafCJbyWE&list=PL8D729EA5354AF17D"] Attention, magie. Avec ce bon vieux Will, on le sait, même seul sur scène, surtout seul sur scène, l'instant de grâce n'est jamais loin. Accompagné de Cynthia Hopkins, il revisite pour la énième fois deux de ses classiques, 2-15 et New Partner, qui en deviennent un seul, Coney Island. Enregistré par Dan Roorda,…

    par

  4. This is your song (58)
    The Pogues
    Fiesta

    Tout le monde n'est pas forcément enchanté par le carnaval. Certains le détestent même ouvertement, ils ne sont pas nombreux, mais je suis fièrement de ce parti. Traumatisé par un Cwarmé1 vécu trop jeune, trop vite, trop fort, la soi-disant inversion temporaire des valeurs que propose le carnaval me semble surtout se limiter au bon…

    par

  5. This is your song (57)
    David Bowie
    Slow Burn

    Je me souviens d'avoir beaucoup écouté Bowie à la fin de l’adolescence – des assemblages hétéroclites de titres glanés ici et là. Je me souviens de Reality en 2003 et de Fall Dog Bombs the Moon, que les Inrocks avaient repris sur une de leurs compilations – dont j’ai complètement oublié par…

    par

  6. This is your song (56)
    David Bowie
    Love is Lost

    David Bowie appartient à la littérature parentale. Une sorte d’unique qualité que partageaient tous les pères et mères de mes amis. Quel que soit leur rapport à la musique, le vairon semblait être une pierre de touche ; je retrouvais ses disques dans tous les salons, sur tous les plans de travail. Chacun m’exposait sa…

    par

  7. This is your song (55)
    David Bowie
    Word on a Wing

    1975. David Bowie s’installe à Los Angeles. Il est alors totalement lessivé et ravagé par la coke qu’il sniffe en quantité gargantuesque. The Man Who Fell to Earth semble surtout vouloir retourner d’où il vient : il ne contrôle plus grand-chose et se rapproche dangereusement du vide... Durant cette période, qu’il qualifiera de « période…

    par

  8. This is your song (54)
    David Bowie
    Ashes to Ashes

    Ashes to ashes : une pluie de cendres sur ses « golden years » En 1980, Bowie livre un titre très « funky to funky » pour un sujet qui l’est moins : la fin d’un cycle, un signe d’adieu à la décennie qui s’achève. En effet, dans son premier album Space Oddity (1969), David…

    par

  9. This is your song (53)
    David Bowie
    Space Oddity

    J'ai redécouvert Bowie, il y a quelques années, au Stade Roi Baudouin, lors d'un concert dantesque et pluvieux de… U2. La bande à Bono avait décidé de faire son entrée sur la scène de leur 360° Tour sur Space Oddity. Le meilleur choix possible pour mettre un stade de foot en orbite ! Auparavant, de…

    par

  10. This is your song (52)
    David Bowie
    Battle for Britain (The Letter)

    2004, j’avais quatorze ans. Obnubilé par System of a Down et Dream Theater, David Bowie n’était encore qu’un nom aux quelques tubes, somme toute inintéressants. Jusqu’à ce DVD live, Reality. Instinctivement séduit par son batteur de l’époque, Sterling Campbell, c’est sur Battle for Britain (The Letter)1 que celui-ci finit par me captiver. Son style à…

    par