Aller directement au contenu.

Rubrique Livres

  1. Doubles visages (4)
    Un monde flamboyant

    Un monde flamboyant de Siri Hustvedt se lit comme une succession de témoignages, d’extraits d’articles de presse et de reportages, mêlés aux carnets d'une artiste pas si imaginaire que ça... Moins de 3% des œuvres exposées au Metropolitain Museum of Art de New York sont produites par des femmes, bien que 83%…

    par

  2. Du déséquilibre
    des figures

    Onze femmes entre 1830 et 1973 ; onze destins poignants pour ses auteures de référence. Regard sur Marcheuses au bord du gouffre, un recueil de biographies par Nohad Salameh, qui y dépeint avec poésie leur vie, le parcours derrière leurs œuvres.  L’imperfection est la cime. Yves Bonnefoy D’abord, il faut les citer. Ces figures, ces…

    par

  3. S’immerger jusqu’au cou dans l’instant
    Le Goût de la limace
    de Zoé Derleyn

    L’un des cinq finalistes du prix Rossel 20171, l’ouvrage de Zoé Derleyn est une très belle découverte. Le Goût de la limace dévoile en dix nouvelles l’art délicat et hautement maîtrisé d’une primo-nouvelliste déjà confirmée.   Zoé Derleyn - DR Le goût de la limace, c’était la vraie surprise des finalistes du…

    par

  4. Maître de son emprisonnement ?

    Mercy, Mary, Patty de Lola Lafon est le roman de notre génération. Génération qui se veut libre et également sous contrainte. Sans interdit, l’adrénaline d’enfreindre n’aurait pas le même goût. Ces trois jeunes filles ont tout perdu et tout gagné dans le même laps de temps. Comment peut-on croire en la liberté…

    par

  5. Personne ne gagne
    De l’autre côté du miroir

    Jack Black n’a laissé qu’une montre après sa mort, retrouvée chez un prêteur à gage. Et ce livre, où il raconte sa vie de vagabond et de voleur, ses nuits dehors et la faim qui le déchire. Les éditions Monsieur Toussaint-Louverture publie Personne ne gagne dans la collection « Les Grands animaux ». Nouveau titre, belle couverture et postface de Burroughs pour ces quatre cent cinquante pages de liberté.

    par

  6. L’Art de perdre ou ce qu’il reste de l’Algérie française

     L’Art de perdre d'Alice Zeniter vient d’être sacré « Choix Goncourt de la Belgique » par des étudiants belges, après avoir déjà obtenu le prix Goncourt des lycéens en France. Retour sur ce roman fleuve traversant trois générations d’une famille issue de l’immigration algérienne consécutive à la guerre d’indépendance. Un roman qui pose…

    par

  7. Pertes et profits
    Le mythe américain

    Karoo vous propose une lecture du dernier livre de Frank Harris, Pertes et profits, publié aux éditions La Dernière Goutte ; histoire de réussite sociale et de magouilles capitalistes. Les États-Unis ! Contrée des self-made men, de la conquête de l’Ouest et du capitalisme triomphant. Pays qui est parvenu à graver ses…

    par

  8. Compagne de la colère
    une discussion avec Joëlle Sambi

    Nous avons souhaité parsemer l’année de paroles de créateurs, en lien avec la programmation des Midis de la poésie. Deuxième étape avec Joëlle Sambi, autrice, poétesse, activiste qui, en trio avec Congo Eza, interroge son lien-frontière au Congo et à la Belgique et propose avec Aru Lee pour les Midis une sélection…

    par

  9. Ça va aller, tu vas voir
    À quoi ressemble l’apocalypse ?

    Une Grèce en crise, des individus pris dans les affres de la pauvreté. Karoo vous propose une critique du recueil de nouvelles grecques Ça va aller, tu vas voir de Christos Ikonòmou, paru chez Quidam en 2016. La littérature est le produit d’une époque, d’une société et de leurs misères. Rendre partageable…

    par

  10. Rage et amour
    à propos d’Ali et Ramazan
    de Perihan Mağden

    Ali et Ramazan est un texte sordide et lumineux, mêlant jusqu’à la mort amour et rage de vivre. Il raconte l’aventure tragique de deux orphelins amoureux, deux enfants dont personne n’a pris soin, assassinés par la société. L’histoire d’Ali et Ramazan s’achève abominablement un 18 décembre, dans la vraie vie, en page…

    par