Publié pour la première fois par les éditions Gallimard jeunesse il y a presque dix ans, le Rêve de Sam vient de paraître en poche. L’occasion de redécouvrir ce grand livre de la littérature jeunesse et à travers lui une partie de l’histoire des États-Unis dont l’écho résonne malheureusement encore aujourd’hui dans l’actualité.

Dans le Rêve de Sam, Florence Cadier raconte le long chemin des populations noires américaines pour obtenir non seulement des droits civiques, mais surtout le respect de ceux-ci dans les États sudistes. Bien que personnage imaginaire, Sam n’est autre que le neveu de la plus connue des couturières noires, Rosa Parks, et le grand ami du plus célèbre rêveur, Martin Luther King. Après avoir vu de ses propres yeux l’assassinat ultra-violent de ses parents par des membres du Ku Klux Klan, il part vivre chez son oncle et sa tante. Là, il grandira et vivra aux premières loges les grandes étapes de la lutte non-violente pour le droit des Noirs aux États-Unis, une lutte parsemée de moments d’euphorie, d’espoir, mais aussi de doutes : l’intégration de jeunes adolescents noirs dans un prestigieux lycée réservé jusque là aux blancs ; le boycott des autobus de Montgomery ; la création de la SNCC – comprenez le Student Nonviolent Coordinating Committee ; la marche de la liberté de Washington ; les émeutes de Birmingham. Parallèlement à cette lutte non violente, que la figure du célèbre pasteur a mise en évidence, Florence Cadier évoque aussi la croissance des Black Muslims dans les années 1950 et 1960 et la figure de Malcolm X dans laquelle se retrouvera davantage le jeune Josh, le petit frère de Sam, qui quittera le foyer pour rejoindre le mouvement nationaliste noir nord-américain.

– Eh bien, ils se défendent, ils répondent aux coups par des coups. Chaque fois, les Blancs ont des retours de bâton. La peur, la violence, la haine, voilà nos armes aux uns et aux autres. Pas question de s’intégrer dans leur société raciste. C’est pour cela que la solution de l’autodéfense est la bonne. Et j’y crois car les Blancs tremblent, comme nous nous avons tremblé pendant des années. Je n’ai jamais oublié que nos parents en sont morts.

Moi non plus, je ne risquais pas d’oublier. Ces souvenirs étaient toujours aussi forts. J’eus envie de faire remarquer à Josh que, cette nuit-là, c’est moi qui m’étais précipité dans la fournaise.

– Laisse-moi réfléchir, je ne suis pas prêt à blesser ou à tuer des gens. Pourtant, moi aussi je suis très en colère. Mais j’ai une autre idée. Et je vais te confier un secret, Josh. Je me suis donné un objectif : devenir juge dans un État du Sud. Pour réussir à faire bouger les mentalités. Et ce rêve, je ne veux pas l’abandonner. Parce que, ce jour-là, je pourrai défendre mes frères. Alors, crois-moi, je compte bien poursuivre mes études et y arriver.

– Un frère juge et noir, quelle ironie, quelle bonne blague ! ricana Josh. Oui, tu auras certainement affaire à moi un jour, car je ne serai jamais dans ton camp !

Je n’eus pas le temps de lui répondre car il claqua la porte, me laissant perplexe. De nous deux qui avait raison ? 

Court, mais dense, le Rêve de Sam devrait plaire aux adolescents assoiffés de justice. Il leur permettra de découvrir une partie de l’histoire et de la culture américaines… Le tout grâce à une écriture accessible et fluide.

En savoir plus...

Le Rêve de Sam

Ecrit par Florence Cadier
Roman
Gallimard Jeunesse (coll. Scripto), 2008, 177 pages
(2017 pour l’édition de poche)