Stage hands, responsable de production, roadie et tour manager pour divers groupes musicaux (Elvis Black Stars, Sacha Toorop, Axelle Red, MLCD…), Denis Rochez multiplie les casquettes dans le secteur de la musique. Passionné par celle-ci, il a préféré être homme de l'ombre plutôt que frontman. Voici ce qu'il répond à Karoo.

PORTRAITS d'ETE_Denis Rochez

Quel livre emporteras/rais-tu cet été en vacances ?
Éviter les péages, de Jérôme Colin.

Quelle serait ta destination de vacances idéale ?
Un endroit paisible où se poser et changer complètement d'environnement, une plage pas trop bondée avec une ville sympa pour des sorties le soir. Une petite bourgade en Californie, Lac Tahoe ou Australie.

Quel album retiens-tu de la saison qui vient de s'écouler ?

Compliqué d’en choisir un seul : Growing Up Is For Trees de I'm From Barcelona peut-être. C’est un album frais, qui donne le sourire dès les premières notes. Il y a aussi Odissee, qui fut une des plus belles découvertes de cette année. Il sera à l’affiche du Deep in the Woods cette année.

PORTRAITS d'ETE_Denis Rochez livre

Tu travailles comme stage hands, mais tu es aussi le responsable de production du Deep in the Woods. Quelle casquette t'épanouit le plus ?
Le métier de responsable de production, malgré quelques similitudes, reste différent de celui de stage hands. Celui qui m'épanouit le plus est stage hands. Il m'apporte beaucoup plus de plaisir et de variété. Plus de rencontres, de découvertes et de voyage aussi. La production du Deep in The Woods est maintenant une habitude et la tâche ne diffère guère d'année en année. Ceci dit c'est toujours un plaisir de tenter de bousculer ses habitudes pour pouvoir surprendre et faire encore mieux.

Peux-tu nous parler un peu plus du festival Deep in the Woods ? Quelle est sa philosophie ?
Le Deep in The Woods est né à l'initiative d'une poignée de professionnels qui ne sont liés par aucun lien de subordination et qui proviennent tant du Sud que du Nord du pays. Ensemble, nous organisons, le premier week-end de septembre, un festival annuel qui s'attache à revenir à l'essentiel dans un cadre unique.
Deep In The Woods souhaite renouer avec les valeurs sociales attachées aux festivals.
Pas de one day ticket, uniquement des pass WE avec obligation de loger sur place, soit en chambre familiale ou individuelle, en dortoir avec sanitaire commun ou le traditionnel camping. Pas de fast food ni de fast drinks mais des produits du terroir proposés par des producteurs locaux. Pas de barriérage agressif non plus, pour tenir à l'écart les regards indiscrets, mais un site qui donne l'impression d'être loin du monde.
Il n’y a pas non plus de derniers groupes à la mode sur une ribambelle de podiums mais une programmation qui permet d'alterner expériences musicales inédites et moments de détente, comme une promenade en solitaire dans les bois, un yoga au réveil, une partie de football avec les enfants ou une balade à vélo en compagnie d'un musicien féru de sport.
Tout cela en offrant la possibilité de découvrir des talents - tout aussi surprenants - issus d'autres disciplines artistiques comme les arts visuels, le cinéma ou la photographie.
Le festival propose aux nombreux enfants des ateliers au cours desquels ils peuvent fabriquer des instruments de musique, des doudous, prendre des cours de cuisine, nourrir des animaux « sauvages » (sanglier, cerf, biche,… ), etc.
Le festival se veut transgénérationnel et rythmé par l'environnement qui l'entoure (les vertes collines de Heer-Sur-Meuse à proximité de la frontière française). Deep in the Woods est le genre de festival qui se vit en famille ou entre amis, et où la notion de communauté, le « vivre ensemble », prend une nouvelle signification. Un endroit où l'on se ressource et qui est aussi source de frissons. Un lieu où les artistes sont aussi les bienvenus tout au long du week-end, au même titre que le public.

PORTRAITS d'ETE_Denis Rochez DITW

Quels sont tes projets pour la rentrée ?
Tout d'abord réussir ma formation de conducteur poids lourds (permis C et CE), puis repartir en tournée avec une belle production ou simplement me trouver un emploi fixe toujours lié à l'événementiel. Mais pour l'instant concrètement j'accompagnerai Elvis Black Stars et Sacha Toorop en tant que tour manager et backliner ainsi que d'autres projets en cours de préparation ou de retours après un moment d'absence.

Pour ceux qui auraient envie de vivre l’expérience du Deep in the Woods, réservez vos tickets ici : http://deepinthewoods.be