Mince alors, voilà que l’été est déjà là. C’est quand même compliqué cette saison. D’abord il fait chaud et le soleil ça éblouit. Ensuite, il faut absolument partir en vacances, de préférence vers une destination originale pour épater les collègues à la rentrée. Pas d’idées ? On a la solution pour vous. Que diriez-vous de passer votre saison estivale en prison ?

_75325491_e0cf04e5-c8f8-47eb-9d49-5e11082eeb75

S’il y a bien une chose intéressante aux États-Unis, au-delà de l’Empire State Building, c’est quand même la profusion de séries qu’ils nous balancent chaque année. Et c’est encore mieux quand on nous donne les treize épisodes d’un coup, ce qu’a bien compris l’enfant terrible Netflix. Derrière ce nom se cache la plus grosse plate-forme de télévision à la demande sur internet, qui est en train de faire très peur à sa consœur plus traditionnelle en installant peu à peu son hégémonie dans le monde entier (la « chaîne » arrivera chez nous d’ici 2015). Et comme si c’était pas assez, ils se sont mis à produire leurs propres séries, parmi lesquelles House of Cards dont on ne cessera de vanter les mérites, ou encore celle qui nous intéresse aujourd’hui : Orange Is the New Black. Dans le concours universel de « qui a la plus grosse », on peut dire que Netflix ne se place pas très loin de la première position.

La série en question nous propose de suivre Piper Chapman, trentenaire rangée qui va se retrouver en prison suite à un petit méfait commis dix ans plus tôt. On est cependant bien loin d’Oz : l’univers carcéral présenté ici est intégralement féminin et de sécurité minimale. Ce n’est quand même pas pour ça que c’est le Club Dorothée et notre petite bourgeoise va avoir beaucoup de mal à s’adapter à cet univers où l’on retrouve tout ce qui constitue la prison dans une série américaine : les clans, les rivalités raciales et, petit bonus accompagnant le milieu, beaucoup (trop ?) de lesbiennes. Et en plus de tout ce beau foutoir, Piper doit également tenter de sauver sa relation avec son fiancé qui bat cruellement de l’aile depuis son incarcération.

Si l’histoire principale, fondée sur les écrits de la véritable Piper Chapman lorsqu’elle était en prison, s’avère agréable à suivre, ce n’est pas là que réside le véritable intérêt d’Orange Is the New Black. En effet, là où la série frappe fort, c’est en nous présentant une profusion de personnages secondaires complètement baroques, parfois proches de la caricature, mais tous attachants à leur façon, surtout quand on sait que la série revient assez régulièrement sur le passé des prisonnières au moyen de flash-back assez réussis. On se prend très vite au jeu et on finit par vouloir en savoir plus sur Red, Nicky ou Crazy Eyes que sur l’héroïne qui, de son côté, se révèle complètement paumée et parfois un peu ennuyante au fil des épisodes. Mais ce n’est pas tout, on nous montre également à de nombreuses reprises la vie de l’administration et des gardiens. Le show prend alors une autre dimension en nous présentant tout simplement un microcosme peu connu qui vit à son propre rythme, avec ses propres règles, mais de manière bien plus douce que ce qu’on a pu voir par le passé.

Malgré son univers qui provoquerait une crise chez n’importe quel claustrophobe qui se respecte, Orange Is the New Black est une véritable bouffée d’air frais et parvient à nous présenter un monde étranger sous un visage plus sympathique qu’à l’habitude. Et pourtant, la série garde la capacité étonnante de faire passer du rire aux larmes en quelques minutes seulement. C’est donc un coup de maître pour la créatrice Jenji Kohan qui revient de loin quand on voit ce qu’elle avait pu faire avec les dernières saisons de Weeds, son précédent rejeton. Espérons juste qu’Orange Is the New Black conserve toutes ses qualités dans le futur et ne s’enlise pas au fil des années comme le fit sa grande sœur. En attendant la troisième saison l’an prochain, on ne peut que se demander ce que Netflix nous réserve dans le futur proche.

https://www.youtube.com/watch?v=zkFSV_KtsO0

En savoir plus...

Orange is the New Black

Créé par Jenji Kohan
Avec Taylor Schilling, Laura Prepon, Michelle Hurst, Jason Biggs, et Kate Mulgrew
États-Unis, 2013-présent, 60 minutes par épisode