Alors que je cherchais du travail sur un marché bouché, me voilà proposé de partir en stage à Barcelone ! Une nouvelle aventure m’attend : le soleil, la mer, une ville jeune et dynamique qui offre tant d’activités culturelles… Cette mine d’or n’attend plus que moi !

Qui dit changement de ville, dit perte d’habitudes. En un mois, j’ai pu découvrir la langue, la culture et la vie nocturne. Et si je parviens à m’habituer à beaucoup de choses, je dois dire que je cherche encore mes marques. Enfin, mon corps cherche encore ses marques…

En peu de temps sur place, j’ai dû me faire à l’idée de manger (très) tard. Ce qui aurait normalement été l’heure de me coucher représente aujourd’hui le moment d’interrompre les gargouillements intempestifs de mon ventre qui ne s’habitue pas encore à ce chamboulement temporel. Oui, on vit plus tard en Espagne. Mais je dois reconnaître que cela a du bon ! À 22 heures passées, on entend toujours les locaux discuter dans les rues ou d’un balcon à un autre, même dans les quartiers les plus calmes. En réalité, la soirée ne fait que commencer.

Les soirs de semaine, je rentre rarement avant minuit. Comment résister à l’envie de découvrir une ville aussi riche d’un point de vue culturel ? Il y a des festivals et des activités à longueur de temps. À peine le festival de la Merce finit-il que celui de L’Alternativa - Barcelona Independent Film Festival arrive en novembre. Et entre les deux, d’innombrables lieux, musées, activités à découvrir comme le Parc Güell, le musée d’Histoire de la Catalogne ou encore les Fontaines magiques. Tant d’incontournables qui font désormais parties de mon quotidien.

Vision du matin, © Raphaëlle McAngus.

La dynamique de cette ville ne cesse de me surprendre. J’ai pu découvrir les quartiers de la gaixample 1 ou celui du Raval avec le célèbre MacBa 2, plus connu pour sa zone de skate que pour son musée. Après la découverte d’un bar, je me contente du Safari Club ou du Rey de Copas pour me dandiner sur la musique. #Reggeaton, here I come ! J’admets devoir marquer un temps d’arrêt lorsque je ne reconnais pas un tube espagnol. Solitude. Et lorsque mon corps me signifie qu’il est fatigué, je prends quelques soirs pour profiter du temps qui passe. Une petite glace sur la plage, une petite balade à travers le quartier gothique ou le port et hop, me voilà requinquée après une longue journée de travail.

Demain, une petite course le long de la plage avec un groupe de Meet Up m’attend. Chaque instant est privilégié dans cette Cité d’or. Et bientôt, j’y aurai mes habitudes.


  1. secteur de bars gay situé dans le quartier de l’Eixample. 

  2. Macba : musée d’Art contemporain de Barcelone.