critique &
création culturelle

Bienvenue à Gattaca

Une fable déterministe

Autopsie philo-cinématographique #1

Transhumanisme, perfection et génétique, Bienvenue à Gattaca (Andrew Niccol, 1997) est une œuvre d’anticipation sur l’avenir eugéniste de l’humanité. Par cette fenêtre dans le futur, notre regard découvre les dérives d’un projet aussi fou qu’illusoire : vouloir rapprocher l’Homme de Dieu.

Daaaaaalí ! de Quentin Dupieux

Du rêve sous la moustache

Ne vous attendez pas à un biopic. Après Le Daim, Mandibules et Yannick, l'imprévisible Quentin Dupieux nous plonge dans l’univers surréaliste de Daaaaaalí ! : un hommage drôlement poétique.

Pauvres Créatures de Yórgos Lánthimos

Une folle aventure irrévérencieuse

Dans son dernier film, le réalisateur grec Yórgos Lánthimos propose un univers baroque audacieux, sublimé par la prestation instinctive d’Emma Stone. Plus qu’un récit initiatique sur l’émancipation féminine, Pauvres Créatures promet une expérience cathartique sur fond d'onirisme et de jubilations.

Festival Anima 2024

Vers l’infini et au-delà

Anima, le festival de longs et courts métrages d’animation est de retour ! Pour la 43e édition du festival, Karoo vous emmène à la découverte de la programmation : du 23 février au 3 mars, découvrez les meilleurs films d’animation nationaux et internationaux.

Fallen Leaves d'Aki Kaurismäki

Pas encore fané

Le cinéaste finlandais Aki Kaurismäki, dans son dernier film Fallen Leaves, parvient (encore) à rendre la misère gaie et touchante. Fidèle à lui-même, il arbore son rythme si particulier, dans un espace-temps indéfinissable.

The Zone of Interest de Jonathan Glazer

Déréalité et anomalie

Nouveau chef-d’œuvre de Jonathan Glazer, La Zone d’intérêt s’impose comme un film majeur de notre temps, tant par la radicalité de sa mise en scène que par la profonde intelligence de son propos. Expérience cinématographique totale, le long métrage interroge par son traitement du son et du hors-champ la représentabilité même de la Shoah.

Monster d'Hirokazu Kore-eda

Monstueusement innocents

Entre prix du meilleur scénario et Queer Palm, le cœur de Monster n’a pas balancé : il a choisi les deux. Dernier long-métrage du réalisateur Hirokazu Kore-eda et du scénariste Yûji Sakamoto, cette ode à l’enfance, à l’innocence et à la singularité s’est imposée à Cannes comme dans tous les esprits que ces sujets bouleversent.

Vermines de Sébastien Vanicek

Sales bêtes

Premier long métrage du réalisateur Sébastien Vanicek, Vermines joue avec une peur universelle et intemporelle : celle des araignées. Grâce à une mise en scène efficace ainsi qu’à un propos intéressant sur la vie dans un immeuble de cité, il offre un film d'horreur terriblement efficace qui joue avec nos nerfs. Pour le plus grand (dé)plaisir des arachnophobes.  

Augure de Baloji

Un conte africain esthétique englouti dans ses récits

Après le rap, les clips, l’écriture de chansons et la mode, l’artiste belgo-congolais Baloji s’attaque au cinéma avec Augure. Film sur la sorcellerie, il a déjà été remarqué avec le « Prix de la nouvelle voix » à Cannes en 2023. Cependant, il comporte des faiblesses propres à un premier long-métrage dans lequel le réalisateur aurait souhaité absolument tout dire.

Fancy Dance de Erica Tremblay

Sur la route du deuil

Premier long-métrage de fiction de la réalisatrice amérindienne Erica Tremblay, Fancy Dance est un film centré sur un duo féminin qui doit faire face à la disparition de leur sœur et mère. Portrait de deux femmes qui prennent la route du deuil entre ombre et lumière dans une Amérique qui continue de fermer les yeux sur le destin des Amérindiens.