critique &
création culturelle

Le Deuxième Acte

Derrière les masques

Film d’ouverture du festival de Cannes 2024, Le Deuxième Acte de Quentin Dupieux nous plonge une nouvelle fois dans son univers singulier. Grâce à un casting impeccable et des dialogues aussi drôles qu’incisifs, le prolifique réalisateur français nous fait rire, dénonce et déstabilise.

Kinuyo Tanaka

Réalisatrice éternelle

Mizoguchi, Kurosawa, Ozu... Ces réalisateurs ont façonné le cinéma japonais et leurs films sont aujourd’hui encore vus et appréciés par les cinéphiles. Mais avez-vous déjà entendu parler de Kinuyo Tanaka ? Ce nom ne vous dit peut-être rien et pourtant cette figure importante du cinéma japonais est à retenir parmi ses cinéastes emblématiques. Sa particularité ? Elle est une femme.

The Dead Don’t Hurt

... mais la blessure est réelle

Passant pour la deuxième fois derrière la caméra, Viggo Mortensen livre avec The Dead Don’t Hurt un western touchant par son jeu d’acteur, mais creux dans sa narration. Multi-casquette, Viggo Mortensen endosse les rôles de réalisateur, d’acteur, de scénariste et de compositeur, pour le meilleur et pour le pire.

Le Talentueux Mr Ripley

Je est un autre

Autopsie philo-cinématographique #3 

Désir, imitation et rivalité : Le Talentueux Mr Ripley (Anthony Minghella, 1999) explore les tréfonds de notre identité. Comment Tom Ripley, ce faussaire un peu niais, vient-il interroger notre rapport à l’altérité ? Rétrospective d’une anatomie du désir.

Love Lies Bleeding de Rose Glass

Le thriller d'amour lesbien qui envoie du lourd

Mais comment le cinéma a-t-il pu survivre sans Love Lies Bleeding, réalisé par la talentueuse réalisatrice britannique Rose Glass ? Contenues dans un flashback américain « so Eighties », Kristen Stewart et Katy O'Brian se lient pour mieux se déchaîner. Main dans la main, elles crèvent l’écran et le patriarcat.

C'è ancora domani

Un vent de liberté en pleine figure

En nous servant un cocktail d’émotions et de contrastes, la réalisatrice Paola Cortellesi traite avec singularité l’amorce d’une émancipation féminine dans une Italie d’après-guerre teintée de machisme et d’austérité.

Il pleut dans la maison 

Le monde est devant

C’est aux abords du lac de l’Eau d’Heure que la réalisatrice Paloma Sermon-Daï a choisi de poser le cadre de son premier long-métrage de fiction : Il pleut dans la maison. Mettant en scène le quotidien difficile et parfois anxiogène d’un frère et d’une sœur vivant dans un milieu précaire, le film montre avec justesse une étape cruciale dans la vie de toutes et tous : celle d’arriver à quitter le nid pour voler de ses propres ailes.

Tótem de Lila Avilés

Instants suspendus

La vie bat son plein pour la réalisatrice et scénariste mexicaine Lila Avilés. Dans Tótem, son deuxième long-métrage, on s’émerveille de tout et on saisit chaque moment, de peur qu’il nous échappe. Récit de famille, témoignage à hauteur d’enfant, huis clos à la chaleur étouffante, Tótem est une promesse de vivre, le temps d’un instant.

Dream Scenario de Kristoffer Borgli

Loin du scénario de rêve

Après quelques années d’errance, Nicolas Cage signe son retour au cinéma, le vrai, avec Dream Scenario de Kristoffer Borgli. Un film étrange, oscillant entre le comique et le tragique, développant surtout une panoplie de thématiques. Si elles sont intéressantes et permettent aux spectateurs de se questionner sur des sujets actuels, elles donnent surtout l’impression d’un film fourre-tout, sans réel message : à vouloir trop raconter, ne raconte-t-on plus rien ?

Skunk de Koen Mortier

Les 400 coups à la mode de chez nous

Se faisant une place très discrète dans les programmations bruxelloisesSkunk, le nouveau film du flamand Koen Mortier, est pourtant important. La violence y est crue, sans être gratuite. Elle semble nécessaire quand ces images sont basées sur des observations bien réelles du réalisateur, qui s’est immergé dans les institutions médico-légales pour jeunes flamands avant de commencer à tourner.