critique &
création culturelle

La chambre et le barillet de Tom Buron

De grandes ombres se dérobent

À l’occasion de la sortie aux éditions Angle mort, il y a quelques mois, de son dernier recueil La chambre et le barillet, Karoo revient sur la production de Tom Buron. Une poésie toujours exigeante, bouillonnante et radicalement autre.

L’enfant des forêts de Michel Hauteville

Comment échapper à un ogre

Michel Hauteville, 20 ans après son premier roman, publie en 2023 aux éditions Le Tripode L’enfant des forêts, 329 pages d’horreur et de fascination. Telle une partie d’échec, l’intrigue s’installe et on ne peut que regarder les coups s'enchaîner. Chaque pion avancé de manière calculée et préparée rendant la partie surprenante et parfois dérangeante.

Le Petit Roi de Mathieu Belezi

Violence ou désespoir ? Telle est la question !

Que se cache-t-il derrière un enfant violent ? Aussi surprenante que cette question puisse paraître, elle en devient touchante et cruelle à la fois sous la plume décidée et sans tabou de Mathieu Belezi dans son roman Le Petit Roi. Mêlant les thèmes de l’abandon, de la violence et de la cruauté, c’est pourtant un récit touchant aux couleurs provençales qui est proposé au lecteur. Face à une représentation tout aussi authentique qu’effrayante de la haine infantile, personne ne ressortira intact de cette lecture.

Guldentop de Marie Gevers

Estomper les contours de la mémoire

Roman du souvenir, Guldentop rassemble les récits d’enfance de Marie Gevers centrés autour d’une figure fantomatique à l’origine de mille et uns événements mystérieux. Plus qu’une présence qui fait grincer les planchers et les dents, le revenant de Missembourg devient l’expression d’un attachement à une région, à un passé.

On a peur mais ça va d'Andrea Thominot

Une poésie narrative qui s'étire à contre-courant

Dans son dernier recueil On a peur mais ça va, Andrea Thominot nous plonge dans une poésie narrative d’un genre nouveau, débarrassée du « je » et pourtant résolument fédératrice. Sa plume est aérienne, musicale, touchante. Elle dessine un univers où les mots s’étirent, s’étonnent, créent de l’espace pour (s’)interroger et revisite tout en subtilité le rapport à la nature et le lien à soi.

Vivre, Le compte à rebours de Boualem Sansal

Un futur étouffé par le passé

Publié en janvier 2024 chez Gallimard, le nouveau roman de Boualem Sansal, Vivre, Le compte à rebours, risque de vous faire manquer d’air. Paolo fait partie d’un groupe, les Appelés, qui trouveront refuge dans un vaisseau extraterrestre afin de fuir la planète Terre qui, dans 780 jours, connaîtra sa destruction. En utilisant le thème récurrent de la fin de notre monde sur Terre, Boualem Sansal pointe du doigt les maux qu’il perçoit de notre société contemporaine. Prenez une grande inspiration avant de vous plonger entre ces lignes.

Madame Georgette

Le 20 décembre 2023, Karoo fêtait sa première décennie au Cirque Royal. La soirée a été l’occasion de présenter Dé/nicher, un objet-livre autour de la photographie, créé pour l’occasion. Comment habite-t-on, comment s’habite-t-on ? Comment sommes-nous liés à notre environnement et comment cela nous lie-t-il les uns avec les autres ? Quelle est la texture, quelle est la fragilité de ce lien ? Et ces objets partout présents, contenus ou contenants, que nous disent-ils, quel dialogue écrivons-nous ensemble ? Aperçu de la publication avec Madame Georgette...

Puisque c’est la fin du monde de Claire Olirencia Deville

« Accroche-toi aux branches ça va secouer »

Dans le recueil écoféministe Puisque c’est la fin du monde, la Bruxelloise Claire Olirencia Deville passe au crible de sa poésie libre et virulente la lie de l’humanité. Les « idées sclérosées qui ont flingué le monde » n’ont qu’à bien se tenir… Demain peut arriver.

Le Plus Court Chemin d’Antoine Wauters

Dans les pas d’un « marcheur solitaire »

Prix Victor Rossel 2023, Le Plus Court Chemin raconte l’enfance d’Antoine Wauters, le « continent à la dérive » comme il se plaît à la nommer. Au-delà de son « puzzle » poétique et autobiographique amplement réussi, l’auteur liégeois témoigne d’une sensibilité touchante pour tenter de dire l’indicible.

Au bord d’Angelo Tijssens

L’économie des sentiments

Dans son premier roman, Au Bord, Angelo Tijssens dépeint avec une prose d’une profonde sobriété le chemin compliqué d’un homme en quête d’amour, tout en explorant les thèmes universels de la recherche du passé, de la difficulté d’exprimer l’indicible et de l’acceptation de la différence.