Alors que je cherchais du travail sur un marché bouché, me voilà proposé de partir en stage à Barcelone ! Une nouvelle aventure m’attend : le soleil, la mer, une ville jeune et dynamique qui offre tant d’activités culturelles… Cette mine d’or n’attend plus que moi !

Les jours passent et les indépendantistes continuent de clamer leur émancipation. Si l’on croise dans les rues toujours aussi bondées de la Cité d’Or les couleurs du drapeau catalan ici et là, cela n’entrave rien à son dynamisme. Mais l’espoir d’un Independance Day reste le sujet de nombreuses conversations… que j’évite !

Parmi mes nouveaux amis, les opinions sont mitigées. Certains préfèrent rester chez eux lors des journées de grèves, tandis que d’autres embrassent la foule en se dandinant au rythme des voix qui portent les paroles de la liberté. De mon côté, je fais profil bas. Si je comprends les opinions qui divisent le pays, ce n’est malheureusement pas mon combat.

Alors j’observe et j’en profite pour rencontrer les locaux. Connaître leur opinion n’est pas ce qui m’importe le plus. Je veux m’ouvrir à leur façon de vivre. Découvrir ces richesses qui font de l’Espagne un pays unique et de la Catalogne une région vibrante et passionnée. Pendant un temps, nous pouvions entendre les locaux frapper leurs casseroles depuis leurs balcons de 22 heures à 22 h 10, afin d’exprimer leur mécontentement face à la situation.

Comprenant que cela peut déranger certains touristes venus profiter du soleil et de la plage dans cette ville en constante ébullition, j’admets volontiers que j’aime le pacifisme dont font preuve les Catalans. Malgré tout, les choses semblent se calmer. Le bruit des casseroles s’estompe. Jusque... ?

Mais mon quotidien reste néanmoins inchangé. Je continue mes quêtes et me lance dans une frénésie d’art visuel avec gourmandise. Je me délecte donc d’un vernissage aux couleurs flamboyantes qui met en avant des artistes émergents. Parmi les locaux, je me sens à place et je me sens même capable de discuter des artistes Mar, Susanna L Castillo ou encore Hasudraw, qui ont particulièrement attiré mon attention.

Si l’indépendance n’est pas loin, je m’imprègne de cette ambiance - chaleureuse contre toute attente - qui marquera un tournant dans l’histoire d’une manière ou d’une autre. En espérant égoïstement de ne pas en subir les conséquences, je continue mon chemin à la découverte d’une ville qui m’émerveille encore et toujours.

http://www.barcelona-life.com/barcelona/festivals