1 001

À l’approche de la conclusion de ce focus sur la photographie, voici trois coups de coeur : trois séries de jeunes photographes européens émergents, trois découvertes...

Kontakt, Maté Bartha

Lauréat du Grand Prix Capa et finaliste de l’édition 2019 du Prix Découverte Louis Roederer aux Rencontres Photographiques d’Arles, Kontakt est une immersion photographique dans un camp de vacances militaire hongrois.

Ce phénomène d’éducation militaire, méconnu même en Hongrie, rassemble des jeunes de 10 à 18 ans. Le temps d’un séjour, ils repoussent leurs limites et apprennent la vie à la dure, les valeurs patriotiques, la camaraderie et l’usage d’armes de air-soft. Les tenues de camouflage envoient valser les distinctions sociales de ces adolescents, d’ordinaire livrés à eux-mêmes et qui se jettent à corps perdu dans cette expérience physique et psychologique éprouvante.

Les images de ces ados aux faux airs d’« enfants-soldats » dérangent. Cette militarisation précoce avait déjà été abordée par Hanna Jarzabek et Michal Chelbin. La première photographiait dans God, Honor and Motherland les « Military Profile Classes » pour les jeunes de 16 à 19 ans dans les écoles publiques polonaises, tandis que le second faisait poser des enfants en uniforme dans leurs pensions militaires en Ukraine.  Kontakt questionne notre rapport à la violence à l’heure où nos enfants y sont toujours plus exposés.

La maîtrise de la lumière sublime les chairs dans une esthétisation des corps qui rappelle Beau travail de Claire Denis. Mais plus que les corps à l’effort, c’est bel et bien les regards si singuliers, vitreux, belliqueux ou naïfs qui nous hantent.

Meeting Sofie, Snezhana Von Büdingen

Publiée le 21 mars 2019 dans la version numérique du Time pour la Journée Mondiale de la trisomie 21, Meeting Sofie de Snezhana Von Büdingen est un shoot de douceur et de poésie.
Dans cette série de portraits, la photographe capture, au moyen format, les premiers émois de Sofie, une jeune allemande porteuse de trisomie 21. Dans la maison familiale, digne d’un décor de cinéma, où s’entassent les antiquités, Sofie est l’héroïne solitaire d’un conte moderne où les animaux vont et viennent. Les influences de la photographe sont multiples : ses images semblent en effet tantôt évoquer la peinture hollandaise, tantôt Siân Davey ou Elliott Erwitt.

Le tempérament revêche de Sofie et la grâce de ses gestes jusqu’au bout des doigts transcendent les images, exposées jusqu’au début de l’été au Stadtmuseum de Cologne. Meeting Sofie est une rencontre visuelle bouleversante qui donne au quotidien une aura particulière.

Regarding You and Me, Marijn Kuiper

© Marijn Kuijper - Collecting proof

« My father’s death in 1983 stopped time. He will always be 36 years old ».

C’est en s’inspirant de cette disparition précoce que Marijn Kuiper, étudiant en photographie à la Koninklijke Academie van Beeldende Kunsten de La Haye, a réalisé Regarding You and Me : Six attempts to get closer to my father.

En rassemblant des images d’archives familiales et en photographiant des objets qui appartenaient autrefois à son père, Kuiper, qui se considère comme un visual storyteller, reconstruit, page après page, l’image de la figure paternelle disparue.

À travers ces Six tentatives de se rapprocher de son père, le photographe tente de répondre à ses propres interrogations d’homme transgenre et de père en devenir. Les images de son enfance, découpées au scalpel, ne laissent derrière elles qu’une silhouette fantomatique, à l’instar des souvenirs qui se délavent.

© Marijn Kuijper - Becoming older than you ever were

Regarding You and Me est une oeuvre intime et sensible sur la paternité, le deuil et la masculinité.

Aujourd’hui diplômé, Marijn Kuiper apporte désormais la touche finale à ce livre autobiographique auto-édité, qui sera disponible dès cet été.

© Marijn Kuijper - Tracing your silhouette