Birdman, le dernier film d’Alejandro González Iñárritu, dont on ne doutait pas de la capacité à nous tenir en haleine après Babel ou 21 grammes, aurait pu être un fiasco total en voulant révolutionner fond et forme. Autant annoncer d’emblée la couleur : le film vole bien plus haut ! Prouesse cinématographique manifeste, jeu d’acteur bluffant, multiples lectures du récit, bref, une recette imparable pour ne pas y laisser des plumes.

[youtube id="uJfLoE6hanc"]

Iñárritu fait son Pharrell
L’idée de tourner un film en un seul plan-séquence (entendons-nous bien ici, il s’agit d’un faux plan-séquence : l’art de masquer les raccords ne date pas d’hier. Déjà parce que les premiers films du cinéma ne connaissaient pas le montage (les vues Lumières), mais surtout parce qu’une fois maîtres du montage, certains drôles d’oiseaux ont souvent voulu s’en passer et tester les frontières esthétiques du septième art (la Corde, Alfred Hitchcock, 1948). Dernièrement, les amateurs de prouesse cinématographique avaient pu s’y retrouver avec le clip de Pharrell Williams, Happy. Un vrai bel effort esthétique, donc.

Birdman

Ce qui est d’autant plus appréciable dans Birdman, ce sont les implications de ce plan continu. L’absence de coupe a pour effet de tendre de plus en plus la corde de l’intrigue. Plus le film avance, plus le spectateur est trimballé d’un lieu à l’autre, mais surtout d’un temps à l’autre, avec quelques scènes remarquables (notamment une répétition de la pièce qui est subtilement remplacée par la représentation devant public). Le récit avance à un rythme délibérément usant, le tout accompagné par la batterie d’Antonio Sanchez. Cette bande-son, composée essentiellement de ce solo de batterie, vient ajouter de l’emphase aux actions, mais fonctionne aussi comme un décompte endiablé avant la déchéance finale. Car le spectateur ne reprendra son souffle qu’au moment du noir unique et final : le générique. Pour un film qui raconte l’histoire d’un acteur usé par la vie, les blockbusters et le cinéma, c’est plutôt bien joué.

Birdman02

Batman ou Birdman ?
Parlons-en de ces acteurs. On a en face de nous quelques oiseaux rares. Si l’on a un peu trop vu Emma Stone (c’est peut-être son regard de chouette qui devient usant), Edward Norton fait son effet et l’on ne peut passer à côté de Michael Keaton. Là encore, la réalité dépasse la fiction puisque Iñárritu est allé chercher un adepte des blockbusters, ancien Batman (Tim Burton, 1989 et 1992) et méchant monsieur dans le dernier RoboCop (José Padilha, 2014), etc.

[youtube id="h2De2suTFDg&list=PLWthn6pZiBNWTC5Exz6VR69yhEP6MenRV"]

Birdman03Sexe, drogue, rock’n’roll et tutti quanti
Une seule ombre au tableau, certains thèmes abordés à tire-d’aile : le divorce de Riggan, sa relation avec sa fille droguée, le milieu des arts de la scène, les débats autour de l’auteurisme et des productions commerciales, etc. Le film aurait gagné à être quelque peu écrémé de toutes ces surcouches finalement peu captivantes (oui, la drogue, c’est mal, on le sait depuis Requiem for a Dream).

 

Bouleverser fond et forme était un pari risqué. Mais Iñárritu l’a relevé, et avec brio. Assurément, il existe une volée de bonnes raisons d’aller applaudir Birdman. Et assurément, vous y laisserez des plumes !

 

En savoir plus...

Birdman Réalisé par Alejandro González Iñárritu États-Unis, 2015 Avec Michael Keaton, Edward Norton, Emma Stone 119 minutes