Sous le titre « la relève de l’édition », une réunion publique s’est tenue au Labo de l’édition à Paris le 13 mars dernier. À cette occasion, une dizaine de projets innovants ont été présentés. Trois d’entre eux ont notamment attiré l’attention : L'Apprimerie, Cylapp et Les dédicaces. Présentation de ces initiatives menées par des start-ups encore en voie d’incubation, mais pourtant bien vivantes.

Apprimerie                          lesdedicaces                          Cylapp

L’Apprimerie dépoussière les classiques

De la contraction des mots « application » et « imprimerie » est née L’Apprimerie en 2012, une maison d’édition jeunesse spécialisée dans le numérique. Au cœur de sa ligne éditoriale se trouve l’idée de revisiter des classiques, c’est-à-dire d’en proposer des versions illustrées et animées, téléchargeables sur des supports de lecture mobiles.

Dès ses débuts, L’Apprimerie s’est fait remarquer par une adaptation abrégée du Voyage au centre de la Terre de Jules Verne, truffé d’effets visuels et sonores : sommaire en forme de roue, fond musical, texte en mouvement, illustrations interactives et beaucoup d’autres animations en font un objet littéraire esthétiquement remarquable, sans trop encombrer la lecture. Depuis, L’Apprimerie a travaillé sur deux nouveaux titres : Les Choses de Pérec (en partenariat avec Juillard) et Le Horla de Maupassant.

[youtube id="YXfAH28epK4" mode="normal" align="center"]

À l’occasion du Salon du Livre de Paris, L’Apprimerie lancera des « cartes à lire ». Disponibles sur des présentoirs dans une poignée de librairies, ces cartes, une fois achetées, permettront de télécharger des livres issus de leur catalogue. Un moyen de coupler lecture d’e-books et lieux de commercialisation traditionnels, mais aussi une opportunité, pour les lecteurs qui désirent offrir des cadeaux numériques, de bénéficier d’un bel écrin.

À la recherche d’une séance de dédicaces

Selon la notoriété de l’auteur et des organisateurs, les soirées de signature peuvent prendre des formes variées : cela va de la foule occupée à faire la queue dans une foire ou un salon de grande envergure, à la rencontre intimiste dans une petite librairie ou une bibliothèque de quartier devant un public éparpillé. Au milieu d’une telle offre, il est parfois difficile de se repérer.

C’est là qu’intervient lesdedicaces.com, qui se présente comme un moteur de recherche de séances de dédicaces, alimenté par les libraires, les auteurs, les éditeurs ou toute autre personne impliquée dans leur organisation. Des milliers d’évènements à travers le monde francophone sont ainsi référencés, et le site revendique une base de données comptant 3000 auteurs, un millier de lieux et une dizaine de rencontres déposées chaque jour.

Parallèlement, un service permet aux internautes de commander et d’offrir un livre dédicacé sans avoir à se déplacer en librairie, tandis qu’une solution est proposée pour réserver un ouvrage avant de se rendre à une séance. Avec cette sorte d’annuaire en ligne, l’objectif est de fournir à la fois des outils aux lecteurs pour s’informer et des espaces de visibilité aux professionnels du livre qui souhaitent faire connaître les évènements qu’ils organisent. Un positionnement sur le marché de la dédicace qui mise sur l’attrait que suscitent toujours les opportunités de rencontrer un auteur en chair et en os.

Écrire des histoires interactives avec Cylapp

Dans une toute autre perspective, Cylapp (« Create your lovely app ») propose un outil de création et de publication d’histoires numériques sur tablettes, réservé aux auteurs et aux illustrateurs jeunesse.

Une fois inscrit sur le site, il est possible d’élaborer sa propre histoire en ajoutant du texte, des images, des sons, des jeux, des vidéos et un large éventail d’éléments interactifs. Après quoi, elle est soumise aux votes des utilisateurs qui l’évaluent à partir d’une courte description. Endossant le rôle d'une sorte de comité de lecture, ils choisissent les projets qu’ils préfèrent, ceux qu’ils veulent voir publiés. Lorsque le nombre de votes favorables atteint un certain palier, l’histoire intègre la bibliothèque Cylapp, où elle devient accessible dans son intégralité de manière payante. Une dimension communautaire supplémentaire est ajoutée avec des fonctionnalités qui autorisent les échanges et les rencontres entre auteurs et illustrateurs. Enfin, les éditeurs peuvent accéder à ces outils par l’intermédiaire d’une « marque blanche », c’est-à-dire en les reprenant à leur propre compte, en les adaptant à leurs couleurs et à leur nom.

Sur le principe, l’association d’un mode de sélection communautaire et d’outils de mise en forme et de diffusion de créations numériques paraît intéressant, mais l’ensemble du dispositif n’est pas encore disponible : il doit être définitivement lancé dans les jours qui viennent.

Répertoire de possibilités

L’Apprimerie, Les Dédicaces et Cylapp investissent le livre par les technologies numériques, mais dans des perspectives distinctes : sites Internet ou applications, outils de publication ou de médiation, classiques de la littérature ou créations contemporaines – autant de configurations qui illustrent l’étendue des possibilités que le numérique permet d’explorer. Ces start-ups en phase d’incubation s’appuient sur des projets éditoriaux, des modèles d’affaires et des usages dont les contours se préciseront sans doute au fil du temps.