Avec le Cerveau de Voltaire, Franck Nouchi nous plonge au cœur d’un roman policier hors du commun. À la française, en mêlant histoire et critique de la société actuelle.

Voltaire, l’un des maîtres des Lumières, meurt en 1778 à Paris. Le peuple français aura ovationné le génie peu avant sa mort, lors de son retour à Paris. La France a perdu l’une des figures emblématiques de son temps. Quelques années plus tard, sa dépouille sera la deuxième à entrer au Panthéon mais deux parties ne seront pas du voyage : son cœur et son cerveau. Le premier sera légué au marquis de la Villette. Quant au second, il est conservé par un apothicaire, monsieur Mitouard. Actuellement, la Bibliothèque nationale de France conserve son cœur et son cerveau se trouve à la Comédie-Française.

Partant de ces faits réels quelque peu atypiques, Franck Nouchi concocte un roman policier tout aussi spécial. Nous sommes en 2011. Afin d’en confirmer l’authenticité, le cerveau abrité à la Comédie-Française est confié à un laboratoire pour des analyses ADN. Il ne faudra que quelques heures pour que l’organe soit volé par quelqu’un qui menace de le cloner afin de faire revivre le génie du XVIIIe siècle. Au fil du récit, nous rencontrons successivement Clélia, généticienne dans un musée, son patron Gérard Grunberg, et le commissaire Marcel Attias, légende du quai des Orfèvres. Alain Darbon, rédacteur en chef fictif du journal le Monde, et John Crewdson, du Chicago Tribune, leur renvoient l’image de l’enquête vue par la presse française et internationale.

Passé et présent se font écho dans un ping-pong entre le siècle des Lumières et les années 2010. L’intelligentsia dépeinte par des personnalités réelles est critiquée par des personnages fictifs. L’auteur nous entraîne ainsi dans un subtil jeu entre la fiction et la vie réelle avec personnalités et personnages se répondant au sujet de Voltaire et de la société. Alain Minc, Sarkozy, Philippe Sollers et Voltaire lui-même sont quelques-unes des illustres figures qui se retrouvent dans cette œuvre originale.

À travers ce roman, le lecteur découvre les pensées de l’auteur sur notre société en déperdition, sur ses luttes de pouvoir mais aussi sur le statut des philosophes et écrivains dans la petite société parisienne. Comme une satire de ces intellectuels, philosophes ou écrivains, très (trop ?) proches du pouvoir et de la presse. Le livre recèle aussi un nombre étonnant de références à de grands hommes et des récits historiques, qui permettent la mise en perspective de nos temps présents à la lumière du passé. Sa grandeur, notre décadence ? Question en suspens, livrée à chacun pour réflexion…

© AFP/Miguel Medina

Franck Nouchi a embrassé plusieurs carrières. Celle de médecin tout d’abord. Ensuite, il est devenu journaliste au quotidien le Monde où il a gravi les échelons jusqu’à accéder à la rédaction en chef du journal. Le Cerveau de Voltaire est paru en 2012. Avec ce premier roman, il parvient à nous transmettre un bout de ce qui se passe dans les salles de rédaction et le monde littéraire tout en posant un regard critique sur ce microcosme.

Voilà donc un récit relativement court et facile à lire. Sans fioritures. Conseillé pour les amateurs d’histoire ou de Voltaire. À déposer entre toutes les mains pour une compréhension un tant soit peu critique de la société contemporaine.

En savoir plus...

Le Cerveau de Voltaire

Écrit par Franck Nouchi
Roman
Flammarion, 2012, 220 pages