Après un parcours détonnant et non content du rythme de création effréné qui le caractérise, le metteur en scène Fabrice Murgia nous revient en 2017 avec Black Clouds, proposé en cette édition du Festival de Liège.

 

Créée en juillet 2016 au Napoli Teatro Festival et dotée d’une distribution paritaire belgo-sénégalaise, la pièce devrait faire son bout de chemin dans nos contrées avant de repartir vers le Sénégal, accompagnée d’un projet éducatif.

Il y a le web, cette toile tantôt synonyme de partage et d’ouverture, tantôt d’asservissement et d’isolement. Sur Terre, il y a le Nord, il y a le Sud, on s’interroge encore et toujours sur les stigmates relationnels de l’entre-deux. Tourisme sexuel, dette, pillage des ressources, pollution de la Terre, privatisation de l’accès à l’information et au savoir... La plaie saigne abondamment. C’est en ces lieux que les artistes de la compagnie Artara viennent puiser une matière sensiblement pertinente à l’heure où l’internet, après avoir pénétré de plein fouet une humanité avide de connaissance et de partage, pose paradoxalement la question d’une fracture numérique divisant les individus.