Avec Frozen, la compagnie 3637 nous propose un huis clos effrayant, un spectacle sans paroles qui pourtant en dit beaucoup sur l’être humain. Entre éclats de rire et sursauts, Frozen place l’homme au centre d’un plateau et nous fait réfléchir sur notre propre condition humaine.

 

Sur le plateau, une cantine d’entreprise. Tout est très carré, très propre, très aseptisé. On se croirait dans une salle d’opération. Comme fond musical, une musique d’ascenseur, It’s not unusual. Une employée entre dans la salle, remplit son plateau et s’installe. Un homme arrive peu après et fait de même, en s’asseyant loin d’elle. Ils se mettent à manger, silencieusement : leur routine est presque pareille, leurs gestes se font écho ; cependant, ils se sont à peine adressé un regard. Cette situation, issue de la réalité, reste très absurde et comique : leur attitude est méticuleuse et calculée, presque robotique, ce qui les rend plutôt ridicules. Et pourtant, nous nous sommes tous déjà retrouvés dans une situation pareille…