Une semaine. Cela va maintenant faire une semaine que j’ai mis les pieds en territoire BIFFFien. L’hostilité des autochtones est de mise : quand je ne suis pas poursuivi par des hordes de zombies, ce sont des apparitions qui troublent mes nuits sans sommeil.

Çà et là, des meutes de yakuzas, ces sympathiques maffieux japonais...
Çà et là, des meutes de yakuzas, ces sympathiques maffieux japonais, guettent les égarés dans mon genre pour leur faire les poches.

Çà et là, des meutes de yakuzas, ces sympathiques maffieux japonais, guettent les égarés dans mon genre pour leur faire les poches. Et je ne parlerai pas des vampires et autres goules, qui ne peuvent cesser de fixer ma carotide avec envie lorsque je leur demande mon chemin. Au milieu de ce capharnaüm, je profite d'une brève halte pour faire le point sur ce que j’ai pu voir jusqu'ici.

 

The Veteran de Ryoo Seung-wan (2015)

Première étape en Corée, avec The Veteran de Ryoo Seung-Wong, qui nous offre une satire sociale saupoudrée de businessmen corrompus et de flics hauts en couleur. Dans une sorte de croisement improbable entre un thriller de Scorsese et une comédie de Jackie Chan, le film raconte l’enquête menée par un vétéran excentrique et légèrement borderline de la police de Séoul. Ce dernier tente de mettre au jour un scandale impliquant l'héritier pourri gâté d'une puissante multinationale.

Ryoo Seung Wong jongle entre des moments de comédie plutôt brillants et inspirés (on pense notamment à une scène dans laquelle un homme d’affaires véreux tente d’acheter la femme de l’inspecteur, jusqu’à ce que la situation se retourne quand la femme sort l’argent du pot-de-vin en public pour le compter), des scènes d'action convaincantes (comme cette course-poursuite entre des containers lors d’une perquisition dans le port de Séoul) et des moments dramatiques juste comme il faut (on pensera notamment au drame vécu par les victimes du businessman pourri, peint tout en justesse). En faisant la fine bouche, on pourrait reprocher un dosage parfois déséquilibré entre le drame et la comédie, ou bien la construction du personnage de l’antagoniste, qui finit par flirter avec le ridicule. Mais franchement, au vu du reste, il n'y a pas de quoi bouder son plaisir.

[youtube id="_5QIbUPwIxY"]

 

The Survivalist de Stephen Fingleton (2015)

160406 cinéma_gaspard breny_bifff 2016 top 3 The Survivalist 2
Un film minimaliste mais d'excellente facture.

Pour cette deuxième étape, les barbes broussailleuses et les fusils à canon scié seront de mise. Non, nous ne nous rendons pas chez les rednecks du KKK, mais chez un survivant, un vrai de vrai. Dans un monde vraisemblablement dévasté par un désastre jamais défini, un homme sans nom s'est reconstruit une vie totalement autonome dans une petite ferme cachée au fond des bois. Mais son quotidien se trouve bouleversé par l’arrivée d’une mère et de sa fille, qui souhaitent s'établir dans la ferme, que ce soit de gré... ou de force.

Stephen Fingleton réalise un film minimaliste mais d'excellente facture, une sorte de huis clos post-apocalyptique saupoudré de séquences contemplatives. En mélangeant paranoïa et jeux de pouvoir entre ses personnages, le réalisateur interroge les rapports humains dans une situation de lutte pour la survie. Comme si Thomas Hobbes avait écrit The Walking Dead ou The Last of Us. Un film âpre, violent et réaliste, grand cru de cette édition 2016.

[youtube id="aH66dngiW0Y"]

 

Yakuza Apocalypse de Takashi Miike (2015)

160406 cinéma_gaspard breny_bifff 2016 top 3 Yakuza Apocalypse 2
Un bon gros nanar... mais tellement génial !

Quittons notre petite refuge sous les arbres et jetons-nous dans la gueule du loup... ou plutôt du vampire, avec la dernière pépite absurde du Japonais Takashi Miike. Pour ceux qui ne le connaissent pas, Takashi Miike est un génie de l'absurde et du gore japonais, une sorte de Robert Rodriguez ou de Quentin Tarantino, mais bien plus prolifique : l’homme se paie le luxe de réaliser plusieurs films par an, avec une qualité très variable, certes, mais où le rire et la stupidité ne sont jamais loin.

Akira Kageyama est un apprenti maffieux aux ordres d'un puissant chef aussi aimé que respecté. Manque de bol, le chef en question est exécuté en pleine rue par un prêtre portant un cercueil sur le dos et un redoutable adepte d’arts martiaux déguisé en fan de manga1. Mais le chef n’a pas dit son dernier mot, et mord Akira avant de rendre son dernier souffle, faisant de lui un... yakuza vampire. Akira va dès lors se lancer dans une quête de vengeance pleine de sang, de gags absurdes et de grenouilles. Oui, vous avez bien lu.

Vous l’aurez compris, on a affaire ici à un bon gros nanar, mais pas de n’importe quel genre : celui de classe mondiale, qui se paie le luxe d'une production léchée et d'une écriture de très bonne facture, en tout cas pour les gags. Le récit proposé n’est qu’un prétexte à enchaîner des situations plus absurdes les unes que les autres, que Takashi Miike se permet en plus de filmer avec une inventivité folle. Jamais la bêtise n’aura été aussi bien filmée. On notera aussi une succession de combats finaux plus dantesques les uns que les autres, dont une bagarre de coups de poing entre le duel de western spaghetti et une partie de « je te tiens, tu me tiens, par la barbichette ». Brillant, je vous l’avais dit.

[youtube id="myU_uvjB2lU"]

 

Et pour la suite ?

Je laisse ici l’apocalypse et les vampires pour reprendre ma route. Où mes pas vont-ils me mener, cette fois ? Vers Baahubali (2015), péplum indien dans lequel une sorte de demi-dieu, joué par le Chuck Norris national, défonce la moitié du casting à grands coups de baffes données au ralenti. Beaucoup de stupidité et de rires en perspective. Normal, vous êtes au BIFFF.

[youtube id="sOEg_YZQsTI"]

En savoir plus...

The Veteran / Hangul Réalisé par Ryoo Seung-wan Avec Hwang Jung-min, Yoo Ah-in, Yoo Hae-jin Corée du Sud, 2015 123 minutes The Survivalist Réalisé par Stephen Fingleton Avec Mia Goth, Martin McCann, Andrew Simpson Grande-Bretagne, 2015 104 minutes Yakuza Apocalypse / Gokudou daisensou Réalisé par Takashi Miike Avec Yayan Ruhian, Rirî Furankî, Hayato Ichihara Japon, 2015 115 minutes

  1. Notons qu’il se paie même le luxe d'arracher la tête du boss en la faisant tourner trois fois sur elle-même...