Cartes postales de vacances inédites et presque vraies ‒ ou vraiment loufoques ‒ envoyées par ses envoyés spéciaux à travers les mondes. Ana Cronista s'aventure ici en Irlande...

14 juin 2019

François Gerardy
Bruxelles, Belgique

Mon cher François,

Je t’écris depuis Donegal, le coin le plus au nord de l’Irlande du Sud. Il faut deux trajets en avion, et une heure de route pour arriver jusqu’ici. C’est ce qu’on appelle une région périphérique. Il n’y a pas d’autoroutes, et les voitures doivent céder le passage à celles qui arrivent en sens inverse, sur des routes étroites et sinueuses. Le paysage n’est pas décevant, on a tout de suite l’impression que le long trajet en a vraiment valu la peine. En plus de la beauté intense de sa nature, de la mer et la pêche, des moutons et de la laine, la région se caractérise par son hospitalité. L’accueil est tel que l’on a envie de venir s’installer ici, dans un petit cottage sur la vallée. Comme bande-son, les mélodies d’Enya, originaire des lieux, nous accompagneraient lors de la montée jusqu’aux falaises de Sliabh Liag, où la couleur de l’océan Atlantique est d’un bleu irréprochable. Mon départ est proche et je ressens la nostalgie de ne pas savoir si je reviendrai un jour à Donegal.

Je t’embrasse,
Ana