Dans l’histoire des power trios, Taste tient à coup sûr une place à part : Rory Gallagher y dévoile toute sa classe et fait entrer On the Boards dans la liste des albums de légende.

R-1160943-1278356748.jpegAprès la déferlante de la Britpop et l’éclosion des premiers groupes anglais, généralement composés de quatre ou cinq éléments, la seconde moitié des années 1960 a vu émerger le phénomène des power groups ou  power trios, soit un triptyque guitare-basse-batterie, le rôle du chanteur étant généralement dévolu à l’un des deux guitaristes. Né du désir de retrouver un son bluesy proche des années 1950 mais aussi de dépouiller la rythmique (exit le clavier et la guitare d’accompagnement) pour donner la priorité à des solos dévastateurs, le genre fut inauguré de manière presque inconsciente par deux groupes au potentiel incontestable, bâtis autour de deux futures légendes : Cream, le groupe d’Eric Clapton, et The Jimi Hendrix Experience. Les deux groupes marquèrent durablement l’histoire du rock et leur rôle d’éclaireurs permit à toute une série de trios d’éclore et de s’engouffrer dans la brèche.

Parmi eux, l’un des plus remarquables mais des plus éphémères fut Taste, groupe construit autour d’un des personnages les plus attachants du rock, l’Irlandais Rory Gallagher, surdoué à la voix rauque et prenante – capable de modulations inattendues – et à la dextérité hallucinante, habité voire hanté par l’esprit du blues.

Problème récurrent des power trios : la mise en évidence de la guitare solo et le développement du concept de guitar hero amènera presque inexorablement les solistes-chanteurs à prendre toute la lumière puis à quitter le groupe pour faire cavalier seul.

4394297535_3294f03c3d_o
Rory Gallagher

Multi-instrumentiste talentueux, compositeur éclectique, Rory Gallagher ne manquera pas à la règle et Taste ne produira (outre les albums live) que deux albums en studio. Le second, On the Boards est un chef-d’œuvre absolu qui n’a pas pris une ride. Toutes les chansons sont signées Rory Gallagher et témoignent d’une grande variété, allant de la ballade feutrée jouée à la guitare acoustique (See Here) ou électrique (If the Day Was Any Longer) à des rocks où la tempête s’apaise parfois avant de se déchaîner de plus belle (Morning Sun), voire à des morceaux carrément jazzy dans lesquels il excelle, que ce soit à la guitare, à l’harmonica ou au saxophone. Le clou de l’album : la plage titulaire, empreinte d’une mélancolie qu’on dirait inspirée par la brume d’un petit matin sur la Tamise.

Mais c’est sur scène que le talent de l’artiste éclate véritablement : intense, spontané, fermant les yeux quand la sensibilité s’exprime à fleur de peau, il vit l’instant comme si le monde lui appartenait le temps d’un concert. S’il faut saluer le talent de ses deux accompagnateurs de Taste et de tous ceux qui leur succèderont, force est de reconnaître que Rory, c’est le petit cheval dans le mauvais temps : tous derrière et lui devant.

Rory Gallagher, petit bonhomme aux longs cheveux, à la veste en jeans ou à la chemise de trappeur (à contre-courant de la mode Carnaby Street), arborant fièrement une guitare usée à la peinture écaillée, continuera à écumer les scènes les plus exigeantes : une carrière solo brillante mais brève avant de mourir à quarante-sept ans, unanimement salué par ses pairs. Sa statue trône aujourd’hui dans sa ville natale de Ballyshannon et l’on est presque surpris de ne pas la voir s’animer pour aller foutre l’ambiance et le bordel dans tous les pubs d’Irlande.

[youtube id="mOo_Zi1W2iE"]

En savoir plus...

Taste On the Boards Polydor, 1970