Créateur d’univers, de tableaux et de mondes, les mots sont d’autant plus efficaces quand ils sont bien maniés. C’est le cas sous la plume de Yasmina Khadra et notamment dans la première scène émouvante et viscérale de son livre l'Attentat. Mais comment mettre en scène un texte déjà intrinsèquement si visuel ? Un défi que relève brillamment Vincent Hennebicq au Théâtre national.

La puissance des mots de Khadra, Vincent Hennebicq l’a bien senti1. Il adapte le texte en réduisant son ampleur mais garde les mots d’origine. L’histoire d’Amine nous est racontée à la première personne par le principal intéressé. Il est interprété par Atta Nasser, acteur palestinien, qui s’exprime dans sa langue d’origine. En effet, son discours est principalement en arabe et le public est aidé par des surtitres en français et en néerlandais. Le choix de langue est l’une des trouvailles du metteur en scène. Les consonances et la musique de ses paroles donnent au discours d’Amine une autre dimension, le rendant plus distant mais aussi peut être plus vrai.

Amine est un chirurgien naturalisé israélien et travaillant à Tel Aviv. Il a bossé dur pour en arriver là et vit désormais dans une belle maison avec sa femme Sihem qu’il adore plus que tout. Un beau jour, c’est le branle-bas de combat aux urgences. Un attentat a eu lieu dans un restaurant. Les couloirs de l’hôpital se remplissent rapidement de blessés et Amine ne sait plus où donner de la tête. Une fois le calme revenu, il rentre chez lui et s’étonne de ne pas y trouver sa femme. Sans doute est-elle restée un jour de plus chez sa grand-mère. Mais il est brutalement réveillé par un coup de téléphone au milieu de la nuit, on lui demande de venir identifier un corps… celui de son épouse. Il apprend dans la foulée que les marques de blessures présentes sur son corps sont caractéristiques des kamikazes. C’est elle qui a provoqué l’attentat. Amine ne comprend pas. C’est le point de départ de sa recherche d’explications. Il sillonne le pays sur les traces de son épouse pour trouver des réponses.

Le travail de mise en scène se concentre sur l’habillage du récit d’Amine. Tout se joue autour des mots complétés par la musique. Le plateau est nu, quatre musiciens entourent le comédien. Piano, trompette, batterie et violoncelle accompagnent le personnage tout au long de son périple et de sa quête. La charge émotionnelle déjà bien présente dans le texte est très importante et les sentiments d’Amine sont traduits et amplifiés par les mélodies qui entourent sa parole. La superbe voix cristalline d’une chanteuse s’ajoute à cet habillage sonore en lui donnant une dimension humaine, d’une véritable beauté. Au sujet de la musique, Vincent Hennebicq aime à citer les mots de Wagner : « La musique commence là ou s’arrête le pouvoir des mots. » Elle transmet en effet les émotions : de la cacophonie et la violence du réveil à l’assourdissement que provoque le choc de voir le corps de son épouse et l’annonce de son rôle dans l’attentat.

Le voyage sur les lieux dont il est question, Khadra ne l’a jamais fait. Vincent Hennebicq, si. Accompagné d’un cinéaste, il est parti sur les pas d’Amine dans les pays concernés et y a filmé les habitants. Par la vidéo, il apporte un aspect documentaire à l’œuvre d’origine. Traversant les villes d’Israël, ils interrogent les habitants en leur posant une question : « Quel message auriez-vous envie de délivrer à Amine ? » Toujours accompagné de la musique, les différents visages parlent au personnage. Toutes sortes de point de vues sont évoqués. L’acte de Sihem est commenté mais c’est surtout à Amine que des conseils sont adressés. Les discours sont hétéroclites et c’est au spectateur de recevoir ces témoignages et à les mettre en perspective.

Quoi qu’il en soit, le travail de Vincent Hennebicq sur le texte de Yasmina Khadra est remarquable. Au-delà de l’histoire politique, le passage par le point de vue particulier d’Amine amène à s’interroger sur la question plus générale de l’identité et du sentiment d’appartenance. Adapter ce roman constituait un défi mais les choix pertinents de mise en scène forment un écrin tout à fait adéquat pour ce texte. Le résultat : un moment d’émotion et un spectacle fort. Yasmina Khadra, présent dans la salle lors de la première, a lui-même semblé tout à fait convaincu par le travail du metteur en scène.

En savoir plus...

L’Attentat

D’après l’ Attentat de Yasmina Khadra
Texte et mise en scène de Vincent Hennebicq
Composition musicale de Fabian Fiorini
Réalisation et montage du film de Jean-François Ravagnan
Interprétation de Atta Nasser
Chanteuse : Julie Calbete
Théâtre national, du 3 octobre au 17 octobre 2018

Plus d’infos


  1. Je soutiens la proposition de nouvelles règles des accords du participe passé ;)