C’est au théâtre Jean Vilar de Louvain-la-Neuve que s’est produit le spectacle Vertikal de Mourad Merzouki, du 29 janvier au 1er février 2019. Le chorégraphe met le hip-hop à l’honneur et l’envoie dans les airs, déracinant la danse pour mieux la confronter aux hauteurs. Acrobaties et vertiges garantis !

Dans le spectacle de hip-hop Vertikal de Mourad Merzouki, la danse est repensée, non plus comme un art ancré dans le sol, mais élevé dans les airs. Tout au long de la série de tableaux dressés en narration, les danseurs s’élancent en hauteur et affrontent au cours d’acrobaties verticales un dispositif massif de colonnes en bois. Celles-ci, réunies, forment un bloc imposant, représentant l’objectif ultime tout au long du spectacle. L’escalade, devenue confrontation et aspiration, se fait récurrente à travers les scènes, mais les corps toujours retombent. Cependant, jamais ne s’avouent vaincus : la lutte se poursuit, sur fond de musique guerrière.

© Laurent Philippe

C’est ainsi que, dès le début du spectacle, le spectateur est confronté aux corps sous tous ses angles, et dans toutes ses interprétations. Corps amoureux, corps en lutte : tout y est, de l’entité singulière à sa démultiplication sur la scène. Tantôt isolées par la foule scrutatrice des autres danseurs, tantôt faisant partie du groupe qui se meut à l’unisson, les anatomies cherchent à échapper à la pesante gravité. Seuls ou en groupe, ils sont constamment déconstruits et envisagés sous des perspectives nouvelles. Appuyées par des jeux d’ombre et de lumière, certaines scènes en viennent même à être dédoublées, accentuant le combat en cours. Par ailleurs, le lien entre les membres de la troupe n’est pas seulement symbolique (tous poursuivent le même but, celui de parvenir au sommet dudit bloc) : il est aussi matérialisé sur scène par une corde. Celle-ci les maintient au plafond, et permet d’amortir une chute éventuelle, ou relie l’acrobate à d’autres danseurs qui dirigent son corps, questionnant ainsi la liberté de ses actions.

© Karo Cottier

Les mouvements ascensionnels répétés contre le bloc en deviennent presque hypnotisants aux moments les plus intenses. La scène finale, retentissante, est à l’image du reste du spectacle : les corps suspendus sont encore en mouvement, sur un fond sonore de compte à rebours. Le combat n’est pas fini. Il faudra reprendre, une fois de plus.

En savoir plus...

Vertikal

Direction artistique et chorégraphie Mourad Merzouki
Avec Francisca Alvarez, Rémi Autechaud dit « RMS », Kader Belmoktar, Sabri Colin dit « Mucho », Nathalie Fauquette, Pauline Journe, Vincent Lafif, Maud Payen, Manon Payet, Teddy Verardo
Du 29 janvier au 1er février 2019.
Aula Magna
Durée: 1h10