Toute la semaine, Karoo a exposé dans sa galerie le travail de Marion Sellenet, « Little things³ ». Après vous avoir fait découvrir ses œuvres, nous sommes partis à la rencontre l’artiste.

Retrouvez les pièces de Marion Sellenet dans la galerie de Karoo

portrait-MarionAvant de débarquer à Bruxelles, vous habitiez à Lyon. Qu’est ce qui vous a poussée à partir ?
Marion Sellenet : Je n’ai pas terminé mes études aux Beaux-Arts de Lyon. C’était très conceptuel, et ça manquait de cours techniques à mon goût. Une amie franco-belge m’a vanté les mérites des écoles belges, notamment du point de vue de la technique. J’ai cherché ici des cours de dessin, de perspective, de peinture, et je les ai trouvés à Saint-Luc, à Bruxelles.

Votre travail s’inspire de l’esprit des brocantes et des marchés aux puces. Quand vous chinez, qu’est-ce qui retient votre attention ?
J’aime ce qui est un peu abîmé, patiné, ce qui a déjà vécu. Je ne sais pas exactement ce que je vais faire de ces objets, mais ils me donnent envie de raconter une histoire. Je ne me focalise cependant pas sur la récup’ : si je trouve un joli ruban neuf, rien ne m’empêche de l’utiliser. Dans mon enfance, j’ai été entourée de bric et de broc que mes parents bricolaient et transformaient. Ce qui m’intéresse dans les objets, c’est leur potentiel à créer des histoires. Dans l’une des pièces exposées dans la galerie de Karoo, il y a une arête de poisson. En la voyant la première fois, j’avais déjà pensé à un marin ou à un hameçon, par exemple.

Sans titre, 2014, 3 x 16 x 14 cm
Sans titre, 2014, 3 x 16 x 14 cm

J’essaie de leur trouver une nouvelle histoire, je les place dans un nouveau contexte. Je n’essaie pas de reconstituer leur passé, au contraire, je leur donne une nouvelle dimension.

Les pièces présentées dans la galerie de Karoo sont celles qu’on a pu voir à la galerie Pascal Polar ?
Exactement. Ce sont des travaux récents : une quinzaine de pièces, et c’est pratiquement l’entièreté de ma production sous cette forme. J’avais déjà fait pas mal de collage en deux dimensions, et c’est la première fois que je passe à la 3D. J’avais commencé à travailler de cette manière pour le parcours d’artiste de Saint-Gilles, l’année dernière. C’était une super-expérience, avec beaucoup de fréquentation et donc beaucoup de retours de la part du public. C’est d’ailleurs à cette occasion que j’ai rencontré Pascal Polar.

Et la suite de votre travail, déjà une idée ?
J’ai découvert, via un prof de Saint-Luc, le cirque de Calder ! J’ai trouvé ça magnifique, toutes ces petites pièces en mouvement. D’ailleurs, mes personnages à moi, s’ils ne bougent pas, sont en mouvement quand même. Et j’aimerais approfondir ce travail, pouvoir animer vraiment mes compositions. Mais je dois encore progresser au niveau technique (rires) !

Propos recueillis par Martin Boonen

galerie Pascal Polar
Retrouvez Marion Sellenet sur son site


En savoir plus...

Little things³ de Marion Sellenet Galerie Pascal Polar jusqu’au 31 janvier / du mardi au samedi de 14 à 17 heures 108 chaussée de Charleroi, 1060 Bruxelles Tél. : +32 (0)2 537 81 36