Genèse Édition, maison apparue il y a un peu plus de sept ans, s’est rapidement imposée dans notre paysage culturel belge francophone. Notamment par un prix Rossel décroché en 2013 par le Monsieur Optimiste d’Alain Berenboom. Difficile de mieux réussir ses débuts !

La suite fut à la hauteur, Danielle Nees, sa fondatrice et directrice, se multipliant entre Paris et Bruxelles, soutenant ses auteurs sur le terrain des librairies et présentations publiques, lançant ses filets sur quelques-unes de nos plus belles… touches de clavier (ne parlons plus de plumes en 2017 !).

Il y a mieux : elle a apposé une véritable patte éditoriale et creusé un sillon créatif original, déjà riche de quelques perles.

Pour en savoir davantage sur l’engagement de l’éditrice, nous avons interrogé l’un de ses auteurs, Sylvie Godefroid1 :

Rencontrer Danielle Nees a été une étape importante. Elle pose d’innombrables exigences sur le métier et attend beaucoup de ses auteurs : une personnalité atypique, une implication globale dans toutes les étapes de la création et de la promotion. Elle envisage la publication d’un livre comme un partenariat : l’auteur et l’éditeur doivent travailler en équipe et récolter ensemble les lauriers de la réussite… ou assumer l’échec de l’aventure. Passionnée par le verbe depuis toujours, je n’excellais pas dans la maîtrise de la narration. Mon texte présentait des maladresses que Danielle m’a aidée à corriger. Nous avons lu, relu, épluché mot après mot, phrase après phrase, chapitre après chapitre. Danielle soulignait les faiblesses, m’invitait à reprendre le fil de ma Balade. Au terme de plusieurs semaines de complicité éditoriale, le roman est né.

La suite de notre dossier/feuilleton Genèse ?

Deux épisodes/articles consacrés aux romans qui ont engendré notre coup de foudre éditorial : l’Inconnu du parvis (Giuseppe Santoliquido) et le Cliquetis (Patrick Delperdange). Nous les avions découverts lors de présentations publiques en librairie fin 2016, chez Candide, à Ixelles, pour le premier (Joseph Duhamel à la modération), à la Licorne, à Uccle, pour le second (Sylvie Godefroid à la baguette), ce qui rappelle l’importance d’une guidance, d’une mise en appétit.

Ensuite, nous évoquerons les sorties Genèse de janvier et février 2017 puis nous focaliserons sur l’un d’eux, le Mauvais Rôle (Jean-Baptiste Baronian).

À suivre...

En savoir plus...

Pour en savoir plus sur Genèse, voir son site, sa charte :

http://genese-edition.eu/librairie/content/8-genese-editions-charte


  1. à laquelle Karoo avait consacré un article