Les années 1970, vivier musical ? Là où deux tentatives récentes (Vinyl sur HBO, The Get Down sur Netflix) ont joué des effets de manche pour convaincre, on leur préfèrera sans doute une BD éclairante.

Il se peut que vous ayez déjà visionné d’un cil ou plus la clinquante The Get Down (Netflix), série farcie de cols pelle à tarte, de boules à facettes et de kings de la pègre princes de la piste par le drama queen australien Baz Luhrmann.  Que vous ayez goûté à l’intégration d’images d’archives, à une bande-son  remplie à ras-bord –  un peu de Vitamin C de Can, et ça repart ! – et à une tentative de trame sociale mais que vous ayez levé les yeux au ciel  chaque fois que Mylene Cruz, adolescente élevée par un austère père pasteur portoricain, est priée de troquer ses irrévérencieuses vocalises disco contre de virginaux cantiques et des robes plus couvrantes.

hip-hop-family-tree-page-079_fr_bd
Peut-être que, comme moi, vous vous êtes davantage pris au jeu lorsque enfin réunis dans le sillage de Grandmaster Flash (par ailleurs consultant sur la série), Ezekiel le poète engagé, Shaolin Fantastic le graffeur filou et leur croquignolesque bande des Fantastic Four Plus One – en référence aux Funky Four Plus One et aux Fantastic Five, authentiques crews d’époque – s’essaient à leurs premières jongleries avec des vinyles, suent pour dénicher le Graal du get down, ce beat étirable à l’infini, puis posent dessus des rimes d’abord franchement à la ramasse puis aiguisées à la complicité et à l’adrénaline générée par la possibilité d’une battle. Peut-être aussi qu’ils étaient émoustillés à l’idée de porter des bombers rouges en satin, allez savoir.

Si au sortir de ces six premiers épisodes, il vous reste comme un creux que ne viendra pas combler un paquet de choco BN, comme une faim abyssale de détails croustillants nappés de street credibility, les jeunes mais avisées éditions Papa Guédé – déjà responsables du très bel objet les Voix du Mississipi – viennent de publier la traduction en français du premier tome d’Hip Hop Family Tree… et, « Oh, Lord ! », ça s’avère un vrai banquet non seulement pour connoisseurs mais surtout pour curieux de toutes obédiences musicales.

hip-hop-family-tree-page-005_fr_bd
Teddy, arrête ce boucan !

Embrasser toute l’histoire du hip hop en bande dessinée, voilà un projet qui méritait un véritable allumé de la documentation, en mesure de s’insérer entre les lignes de la contreculture et d’ajouter la juste touche d’humour à cette dense tranche d’érudition. L’homme de la situation, mi-Huggy les bons tuyaux mi-gringalet à lunettes en éternel t-shirt Public Ennemy, est un dessinateur de Pittsburgh nommé Ed Piskor. Il a fait ses armes avec une figure culte des comics underground, le scénariste Harvey Pekar (American Splendor), notamment au sein du volume The Beats : A Graphic History où Kerouac, Burroughs et Ginsberg sont vus à travers leur influence tant socio-politique qu’artistique. Seul aux commandes, on lui doit également le déjà copieux Wizzywig Portrait d’un hacker en série, inspiré de la vie réelle de  six pirates informatiques américains.

Suivre à la piste le beat, depuis ses prémices dans le Bronx que se partagent alors tels des chefs de gangs Kool Herc, Grandmaster Flash, Afrika Bambaata et DJ Breakout jusqu’à l’allumette décisive que fut le black-out du 13 juin 1977 – qui permit à quantité de crews en devenir de dérober des sound systems rutilants et de se lancer avec la même puissance que des DJ déjà en place –, esquisser les formations hautes en couleurs dans leurs détails autant grandioses que triviaux et rendre visibles les innovations techniques parfois nées de bricolages improbables, c’est l’intrépide pari que remplit d’un high five taquin le zélé dessinateur. Il zigzague facétieusement entre histoire officielle et coulisses pour redonner une place à chaque acteur crucial du milieu, y compris les producteurs ou managers – sacré gaillard notamment que Russell Rush Simmons, frère de Rev Run de Run-D.M.C, qui fondera plus tard le label Def Jam Records avec Rick Rubin.

L’occasion est idéale pour se rendre compte que ce mouvement qu’on pourrait croire à tort très mâle est une déferlante où les femmes – comme la pionnière Sylvia Robinson, de Sugar Hill Records, ou Debbie Harry de Blondie qui fit apparaître le grapheur Fab Five Freddy dans son clip Rapture en 1981 – eurent leur carte à jouer tout comme de très jeunes adolescents, b-boys  et autres queens of the blocks exaltés par ce qu’ils découvraient souvent de façon transgressive dans leur quartier – on rejoint là le propos juvénile de Luhrmann et son équipe, qui ont vraisemblablement fait bien plus que feuilleter distraitement l’ouvrage. Il n’est pas vain non plus de se souvenir qu’au-delà du hip hop jaillissant, New York, en ce temps-là, ce n’était pas la Normandie : au fil des cases, on fraie aussi avec le CBGB’s et les Ramones, on écoute sans se trahir Trans-Europe Express de Kraftwerk ou les Talking Heads et l’on fait volontiers la bise à Basquiat ou Andy Warhol.

hip-hop-family-tree-page-112_fr_bd
Il n’est pas vain non plus de se souvenir qu’au-delà du hip hop jaillissant, New York, en ce temps-là, ce n’était pas la Normandie.

D’un épisode de la mythique émission Soul Train où Don Cornelius, dubitatif devant The Breaks de Kurtis Blow, a du mal à accepter la révolution en marche à une première partie houleuse des Clash pour Grandmaster Flash and the Furious Five, de la diffusion radiophonique de Rapper’s Delight du Sugarhill Gang à une réflexion sur le support ou à quelques battles d’anthologie, vous trouverez amplement de quoi vous trémousser l’iris – trames serrées et tonalités vintage à l’appui –  et les neurones. On est encore loin du virage des Beastie Boys, à mille galaxies de Kanye West, mais les parutions en anglais (chez Fantagraphics) s’étendent déjà jusqu’à 1984 pour le volume 4… Un peu de patience si vous souhaitez les dévorer dans l’idiome de chez nous, donc !

En fin de volume, cherries on top of the beat, une discographie où l’on a bien envie de piocher quelques oldies but goodies, un Funky Index pour mieux retrouver ses jeunes, et un judicieux parallèle entre figures mythiques du flow et super-héros, tous maîtres du bitume.

 

« Ça vous a plus, hein ? Vous en voulez encore ? »

Papa Guédé, maître vaudou futé, vous propose de prolonger l’album en sons et en images via :
=> une réjouissante playlist de 70 tracks :

=> des vidéos d’archives, de Soul Train au black-out du Bronx, en passant par une interview d’Ed Piskor :

En savoir plus...

Hip Hop Family Tree – vol. 1 : 1970-1981
Ed Piskor
Papa Guédé Treasury Edition