Avant de devenir Cook Strummer à Berlin, Maxime Donnet avait pas mal roulé sa bosse musicale en Belgique. Dans la capitale allemande, il fait une autre expérience, plus électro, mais surtout plus intériorisée, méditative et contemplative. Le résultat ? Six EP en six mois, un clip à l'esthétique léchée et un album prévu en janvier.

[youtube id="W2YDIS4uyGk"]



index
© Kriss Munsya

Max Donnet, vous jouez de la musique depuis longtemps ?
J'ai commencé le piano à l'âge de cinq ou six ans. En arrivant en internat au secondaire, c'était plus difficile d'un point de vue matériel de poursuivre les cours de piano, alors je me suis mis à la guitare. C'était plus pratique. À Godinne, on avait un groupe d'ados : on avait les cheveux longs et on jouait du Blink-182 (rires).
On s'y croyait un peu, mais c'était l'occasion, mine de rien, de faire nos premières expériences sur scène, à l'occasion de fêtes scolaires. On était l'équipe des rockeurs, et il y avait un autre groupe qui faisait du hip-hop. Ils étaient emmenés par un certain Paul Van Haver (Stromae, ndlr), qui avait un an de plus que nous.
Mine de rien, devant un public pas forcément acquis, c'était formateur avant de tourner sur de vraies scènes un peu plus tard à l'université. Notamment avec mes deux petits frères, Florian (actuel bassiste des Recorders) et Étienne (guitariste des Sunday Charmers) et Benjamin Saint-Viteux (leader de Ben & The Saints) avec un groupe qui s'appelait les Donnet's. Après un EP, typé garage rock, avec cette configuration, je suis parti à Berlin travailler dans le marketing (je suis diplômé en communication de l'IHECS).

Pour bosser donc, mais pour jouer de la musique aussi ?
En fait, non. Je suis parti de Belgique un peu déçu par l'écosystème musical belge. On a la chance d'avoir de très bons groupes en Belgique mais… combien arrivent vraiment quelque part ? Il faut toujours draguer et séduire les mêmes personnes. J'en avais un peu marre de ce microcosme.
Bref, en arrivant à Berlin, je ne pensais plus beaucoup à la musique. J'avais même arrêté de jouer.
Mais j'y suis revenu assez vite. Mon premier coloc là-bas, Matt Norman, était musicien. Il m'a présenté un ami producteur, Laurent Zimmermann, avec qui ça a collé tout de suite. Laurent m'a poussé à m'y remettre et m'a beaucoup soutenu. Notamment en m'ouvrant les portes de son incroyable studio qu'il faisait construire dans une ancienne prison de la Stasi, le K61, du nom de la cellule où l'on enregistre.
Je me suis lancé le défi de sortir six EP en six mois. Ça bougeait beaucoup et c'était un très gros défi. J'ai sué mais j'y suis arrivé (ils sont toujours disponibles sur Bandcamp). Paradoxalement, c'est une fois à Berlin que j'ai eu les meilleurs retours en Belgique. Quelques articles dans le Soir, et même un passage à la télévision dans 50° Nord. Maintenant, on sort Fallen, qui préfigure un album complet, et qui est accompagné d'un très beau clip signé par un réalisateur belge, Constantin Didisheim.

© Kriss Munsya
© Kriss Munsya

Alors, qui est Cook Strummer ?
Cook, ça vient de James Cook, navigateur et explorateur, découvreur des îles qui portent son nom. Et Strummer, ça vient de Joe Strummer, des Clash. Je ne m'explique pas pourquoi mais j'ai flashé sur cette association.
Quant à mon logo, il est fondé sur les plans d'une cathédrale. Je l'ai redessiné pour représenter la Trinité. Celle de ma fratrie d'abord, très importante pour moi, ensuite une trinité si pas religieuse, au moins spirituelle. Tous les EP de Cook Strummer parlent d'un éveil à quelque chose d'insondable. Ce logo représentait ce chemin.

Et musicalement ?
J'aime dire que Cook Strummer, c'est de la space pop. C'est fait pour se reposer, pour rêver, quelque chose d'onirique et de méditatif. Mais par rapport aux EP, le résultat est plus abouti, plus net. Il n'y a plus cette sensation de brume qui entourait les premiers morceaux.
Je veux rester dans l'onirisme et l'abstrait, mais j'avais envie d'avoir une approche plus cinématographique, plus visuelle. Pour refaire référence à mon logo, il y a quelque chose de sacré dans la beauté que peut avoir la musique. Et pour respecter ce sacré, j'ai opté pour une approche contemplative.

Ça fait quoi d'être musicien à Berlin ?
Tout le monde travaille beaucoup, le boulot prend beaucoup de temps et beaucoup d'énergie. Dans le même temps, la fête et la musique sont omniprésentes. C'est jouissif et absolument usant à la fois. C'est clairement une ville où l'on vieillit prématurément.
Au niveau de la musique, il y a aussi un paradoxe. C'est super-intéressant d'avoir le cachet « Berlin », et pourtant, à Berlin même, il n'y a pas d'argent ! Les artistes berlinois jouissent d'un gros crédit et sont très bien considérés, mais tout le monde tourne à l'étranger. Certains sont très connus, mais ici, sur place, ça tient de la survie.
La scène électro est très vivante et rencontrer des gens créatifs, qui veulent bosser ensemble, est très facile. Beaucoup plus qu'en Belgique où les rapports sont parfois très claniques. Ici, on collabore dans tous les sens. Tout est possible musicalement et humainement. C'est une des raisons pour lesquelles je reste ici.

studio K61 http://studio-k61.com/
studio K61 http://studio-k61.com/

D'ailleurs, l'explosion de la musique électro ici est peut-être due à ce manque d'argent. Elle demande moins de ressources dans sa production et offre un rendement beaucoup plus élevé aux producteurs. Et c'est évidemment un facteur qui compte pour les milliers de petits labels indépendants qui animent le système ici.
Mais arriver à Berlin, ce n'était pas si facile. C'est une ville incroyable au rythme démentiel mais qui n'est pas aussi accueillante qu'on pourrait se le représenter. C'est une ville de passage. En général, les gens n'y restent pas plus de six mois. Du coup, on rencontre beaucoup de monde et ça contribue à rendre l'expérience incroyable, mais en contrepartie, se faire des relations durables prend beaucoup plus de temps qu'ailleurs.

Cette vie et l'atmosphère berlinoise, elles ont fait évoluer votre musique ?
En Belgique, j'ai joué de la pop et du rock, mais j'ai toujours aimé l'électro. Ici, j'ai été particulièrement influencé par ces sons binaires, faits pour être écoutés fort, et pourtant très subtils, comme on en entend dans les clubs. Je m'y suis habitué et je les ai interprétés dans les EP et dans l'album. On a beaucoup travaillé avec des boîtes à rythme analogiques des années 1980 pour avoir un son plus chaleureux, plus organique que celui produit sur ordinateur. La base rythmique de l'album est donc un mix de boîtes à rythme et de vraie batterie.

Site : www.cookstrummer.com
Facebook : www.facebook.com/cookstrummer
Youtube : www.youtube.com/user/cookstrummer
Musique : https://cookstrummer.bandcamp.com/