Dans la Voie lactée, Luis Buñuel met en scène dogmes et hérésies chrétiens avec une confondante liberté. On y suit deux vagabonds passablement indignes sur le chemin de Saint-Jacques.

 

[youtube id="uXTR9wN84Kw"]

 

L’extrait proposé ici se présente sous la forme d’un très court collage.

Le pape1 est fusillé par des révolutionnaires libertaires (scène A). Le crépitement des armes, hors-champ, précède les déflagrations du peloton d’exécution, lesquelles surprennent un bourgeois en plein pique-nique (scène B).

Art audacieux du saut entre deux lieux, deux époques, deux atmosphères antinomiques. La géniale transition sonore mène à l’interprétation pacifiée de la violence partisane dans le cadre d’une partie de campagne. La terreur s’est muée en inquiétude paisible.

Mais alors qu’on croyait avoir tout vu/entendu, Jean (le plus jeune des deux pèlerins, interprété par Laurent Terzieff) répond de surprenante façon à l’interrogation du pique-niqueur. Aucun risque lié à la proximité d’un champ de tir, ce n’était rien d’autre qu’un rêve : le mien.

Et Buñuel de nous laisser, au terme de ces vingt secondes, sur ce rassurement inquiétant. Tout va bien : vous avez simplement entendu le son de mon fantasme.

En savoir plus...

La Voie lactée Réalisé par Luis Buñuel Avec Michel Piccoli, Paul Frankeur, Laurent Terzieff, Delphine Seyrig, Édith Scob France-Allemagne-Italie, 1969 101 minutes

  1. Incarné par Buñuel lui-même, indique une source que je n’ai pu vérifier.