Un livre, un extrait, un commentaire : Karoo vous propose un autre regard sur les livres ! Aujourd’hui Ubik de Philip K. Dick.

- Un de ces jours, fit Joe avec colère, les gens comme moi se dresseront pour vous renverser, et la fin de la tyrannie des machines homéostatiques sera arrivée. Le temps de la chaleur humaine et de la compassion reviendra, et quand ça se produira quelqu’un comme moi qui sort d’une rude épreuve et qui a grand besoin d’un café chaud pour se remettre pourra se le faire servir même s’il n’a pas de podcred à donner.

Plus un sous un podcred − en poche, Joe ne peut même pas se faire un café dans son propre appartement. C’est le règne des « machines homéostatiques » qui tyrannisent les gens comme Joe, ceux qui ne peuvent plus payer les prestations de leurs appareils électroménagers. 

Monde absurde du tout monnayable, froideur des appareils du tout métal. La « chaleur humaine » a disparu, remplacée par des cafés tièdes et amers. Dans ce monde sombre et mécanisé, il n’y a plus que la colère des humains pour y donner de la couleur.

En savoir plus...

 

Ubik

Philip K. Dick
traduit de l’anglais (États-Unis) par Alain Dorémieux
Robert Laffont, 1970
272 pages