Le 4 juillet 2000, la chanson Moi Lolita est diffusée sur les ondes de la radio française Fun Radio. En moins de quelques jours, la chanson se classe première des charts français. La raison de ce succès ? La griffe de Mylène Farmer qui revisite à travers ce disque le roman Lolita de Vladimir Nabokov. Alizée, la jeune interprète de seize ans, joue à la perfection la belle-fille aguicheuse sur des airs faussement naïfs :

« Elle était Lo le matin, Lo tout court, un mètre quarante-huit en chaussettes, debout, sur un seul pied. Elle était Lola en pantalon. Elle était Dolly à l’école. Elle était Dolorès sur le pointillé des formulaires. Mais dans mes bras, c’était toujours Lolita », écrit Humbert Humbert en ouverture du roman.

« Moi je m’appelle Lolita, quand je rêve aux loups c’est Lola qui saigne. Quand fourche ma langue, j’ai là un fou rire aussi fou qu’un phénomène. Je m’appelle Lolita, Lo de vie Lo aux amours diluviennes. Moi je m’appelle Lolita, collégienne aux bas bleus de méthylène. C’est pas ma faute à moi, si j’entends tout autour de moi L.O.L.I.T.A, Moi Lolita », lui répondra Alizée.

Une relecture actuelle donc de ce roman « à scandale » qui se prolonge à travers l’album Gourmandises et les quelques tubes qu’il contient. Aujourd’hui, si le prénom d’Alizée n’évoque plus que le vent du Sud duquel il est né, la chanson Moi Lolita s’est vendue à plus d’un million d’exemplaires et figure encore aujourd’hui dans le top 30 des meilleures ventes de singles de tous les temps.