Jefre Cantu-Ledesma est de retour en ce début d'année 2015 avec sans doute l'un de ses meilleurs albums à ce jour. A Year with 13 Moons s'envole très haut puis plane langoureusement pendant quarante magnifiques minutes de bruits et de sons. Un vol intérieur intense que les mots peinent à décrire.

[youtube id="j6YW7XJHt6g"]

Oui mais Jefre qui ? Jefre Cantu-Ledesma, un inconnu du grand public, et franchement même du petit. Pourtant, Jefre appartient à ces artistes qui tracent un sillon profond dans l'art de leur époque. Depuis près de vingt ans, il distille même trop d'albums pour qu'on puisse le suivre : de trop petits tirages et des collaborations dans tous les sens rendent difficile de suivre sa trace.

On l'avait découvert au sein des excellents Tarentel et redécouvert avec le projet The Alps. De temps à autre, on voyait ensuite passer son nom, ne prenant pas la peine d'explorer ses nouvelles propositions. On le savait également à la base du label Root Strata (Richard Young, Oneohtrix Point Never, e.a.), mais soyons honnête, on vogue ici dans les eaux des véritables passionnés, on se frotte à la fois aux pointes acérées de la discophilie et de la musique expérimentale.

Jefre-Cantu-Ledesma-2

Il en est ainsi déjà du titre de cet opus 2015. Cette année aux treize lunes qui nous rappelle l'Elvira de Fassbinder sera donc un voyage au plus profond des émotions, au cœur d'un monde où les mots n'ont plus que peu de prises, un lieu où la musique redevient un pur vocabulaire, universel et joyeusement indéchiffrable. Jefre Cantu-Ledesma charrie donc toujours ses guitares arrangées, ses synthés modulés, ses boite à rythmes éthérées et ses sons de récup'. On passe de l'ambient/drone à des paysages plus lumineux, on croit parfois même entendre l'écho de la guitare de Vini Reilly, par-ci, par-là.

cover

Les seize morceaux se déploient étrangement, d'une intro longue de plus de huit minutes (The Last Time I Saw Your Face), on retombe vite dans une succession de petites pièces qui s'achoppent les unes dans les autres sans monotonie. C'est empreint de romantisme, subtilement émouvant, mais ça ne tombe jamais dans le sentimentalisme du joli ou l'arrogance du pas beau. Intense, profond, méditatif, une exploration et une aventure plutôt qu'une boite à surprise.

Un résultat qui rend compte du travail sur la mémoire accompli par Jefre-Cantu-Ledesma : enregistré au Headlands Center for the Arts de San Fransisco durant une résidence, A Year with 13 Moons se distingue par un équilibre étonnant entre les moyens et la fin. Ou plus exactement, on se réjouit d'entendre des pièces musicales ouvertes qui échappent au travers récurrent de ce genre de musique, où le concept semble souvent primer sur la vie propre des sons. C'est donc un plaisir de plonger ses émotions personnelles dans le bain mémoriel de cette étrange année. Et puisqu'elle est assez courte, on émerge récompensé après deux écoutes plutôt qu'une. Superbe The Spree, envoûtante Pale Flower, on en rêve encore Along the Isar...

En savoir plus...

Jefre Cantu-Ledesma A Year with 13 Moons Kemado États-Unis, 2015