Lo bueno, si breve, dos veces bueno.

(Baltasar Gracián, Oráculo manual y arte de prudencia, 1647.)

 

L’aphorisme de notre génial et turbulent jésuite s’applique on ne peut mieux à la pop ciselée et poétique des excellentes Nosoträsh1, et en particulier à leur album Popemas (2002) — le titre déjà est tout un poème.

Trente-six minutes environ pour vingt et une chansons aussi concises que délicates.

La chanson du jour s’intitule Tan solo por los besos. Elle dure une minute vingt-deux secondes.

Il est tard. Il pleut tellement que… l’on ne voit plus le bout de la rue. Une rivière est née sous ses pieds. Elle charrie des bateaux de mégots, qui vont s’échouer au bord d’un vieux caniveau.

Mais elle attend dans son pull trempé, les doigts gelés. Elle l’attend, pour un baiser humide et froid.

Il est tard. Il pleut tellement que…

En savoir plus...

Tan solo por los besos

Nosoträsh

Elefant Records, 2002


  1. Nosoträsh est un groupe 100 % féminin dont le nom propose une graphie ironiquement déformée du nous féminin espagnol — nosotras.