critique &
création culturelle
Supernatural
La fin d’une série mythique

Le 19 Novembre 2020, après quinze longues années, la série américaine Supernatural a pris fin. En tout, ça représente un total de quinze saisons, ce qui amène à plus de 320 épisodes. Ne vous découragez pas pour autant. Cette série vous prendra certes du temps, mais vous n’en sortirez pas indemne.

Créée à l’origine par Eric Kripke, scénariste de Timeless et récemment de The Boys , Supernatural raconte l’histoire de Dean et Sam Winchester, deux frères qui sillonnent les États-Unis à la recherche de monstres à tuer, à bord de leur Chevrolet Impala 1967. Elle fut d’abord imaginée comme une série d’horreur, une impression qu’on retrouve particulièrement dans la première saison. Au fur et à mesure toutefois, l’histoire se complexifie. Les intrigues semblent parfois devenir un peu superficielles mais jamais pour autant ennuyeuses. Au contraire, la série a toujours réussi à se renouveler.

Les épisodes de Supernatural se déroulent souvent de la même manière. Soit les frères enquêtent sur une affaire paranormale et finissent par la résoudre en affrontant la créature, soit on suit l’avancement des personnages vis-à-vis de l’intrigue principale de la saison. Comme dit ci-dessus, cette série a été créée pour faire peur. Officiellement, elle est considérée comme plus adaptée aux adultes mais sa touche d’humour et son côté complètement décalé fait d’elle une série pouvant être visionnée par tout type de public. À de multiples reprises, elle a brisé le quatrième mur. Je pense notamment à un épisode, quand les personnages principaux se sont retrouvés dans un monde parallèle, dans lequel ils étaient des acteurs jouant dans une série appelée Supernatural . Ou quand, dans d’autres épisodes, ils ont rencontré des fans de la série de livres basés sur la vie des frères Winchester. Il n’y a pas à dire, les réalisateurs n’ont pas peur de jouer avec l’absurde.

De plus, si vous appréciez le rock classique, vous serez servis. Bob Seger, Led Zeppelin, Guns and Roses, Black Sabbath, Van Halen, AC/DC, Metallica… Tout y passe. Les personnages se moquent souvent de Dean pour ses goûts musicaux, qu’ils considèrent vieux jeux. Pourtant, ce type de musique joue un rôle important et fait souvent référence aux défis que les frères doivent affronter. Il s’agit de tout un choix narratif qui colle bien à l’univers de la série. Le groupe devenu le symbole de la série est Kansas, avec son titre « Carry on wayward son », qui apparaît au début de chaque dernier épisode de la saison.

D’un point de vue plus personnel, j’ai commencé à la visionner en 2014 après qu’une amie m’en ait parlé. Je suis tombée par hasard sur un épisode à la télé sur Plug RTL. Je me souviens n’avoir rien compris de tout l’épisode et pourtant, ça m’a intriguée. Assez en tout cas pour continuer de mon côté. Aujourd’hui, je vous le dis : « non, rien de rien, non, je ne regrette rien ! » Supernatural m’a inculqué toute une série de valeurs que je vais vous exposer ci-dessous.

« Family don’t end with blood »

La notion de famille occupe une place prépondérante tout au long de la série. La famille Winchester est au centre de l’histoire. Dean est l’ainé, Sam le cadet. Un soir, leur père, John, a retrouvé leur mère morte, éventrée sur le plafond et en train de prendre feu, dans la chambre de Sam alors que ce dernier n’était qu’un bébé. Cet événement a fortement bouleversé les Winchester, surtout John, déterminé à découvrir le meurtrier de leur mère. Ce dernier a poussé les garçons dans cette vie de chasseur, comme on le voit plus précisément dans les deux premières saisons. Les frères développent une relation très conflictuelle, voire toxique, avec leur père qui a réduit en morceaux leurs rêves d’enfants : d’un côté, Dean cherche à lui plaire et lui obéit au doigt et à l’œil. De l’autre, Sam se rebelle et n’hésite pas à se disputer avec Dean pour lui montrer que leur paternel n’est pas un exemple à suivre. Alors, si les Winchester ont l’air si brisés, si imparfaits, pourquoi la famille est-elle un thème central de la série ?

Pour la complicité entre les deux frères. Les acteurs, Jared Padalecki (Sam) et Jensen Ackles (Dean) incarnent leurs personnages à merveille. Le fait qu’ils soient tous les deux meilleurs amis aide bien évidemment à dépeindre cette fraternité, à tel point qu’on n’arrive plus à discerner le vrai du faux lors de leurs scènes fortes en émotion. Sam et Dean Winchester ont vécu tant de choses ensemble qu’eux seuls peuvent se comprendre, se rassurer. On s’énerve sur eux quand ils sont prêts à déclencher l’apocalypse juste pour se sauver l’un l’autre, mais au fond, ils sont si attachés l’un à l’autre qu’on pourrait dire qu’ils sont des âmes sœurs. On lâche des petites larmes lors des scènes fortes, quand ils invoquent des démons, pour sceller un pacte et sauver l’autre.

Plus la série avance, moins les frères sont seuls. Ils forment des liens forts avec Bobby, qui se comporte comme un père adoptif, mais aussi avec Castiel, l’ange qui ne les quitte plus à partir de la quatrième saison, Jack également, depuis la treizième saison, et d’autres alliés comme Jody, Charlie, Kevin, Claire, Alex, etc. De plus, la limite entre amis et ennemis est fine, notamment avec le démon Meg, le roi des enfers Crowley et sa mère, la puissante sorcière Rowena. La citation « Family don’t end with blood », qui signifie en français « La famille ne s’arrête pas au sang », rappelle aux spectateurs l’importance de s’entourer de bonnes personnes qui représentent notre propre famille, car les amis peuvent entrer dans cette catégorie. Finalement, on apprend à aimer les personnages secondaires, lesquels ne servent pas seulement à décorer mais prennent autant d’importance dans le scénario que les frères.

« Always Keep Fighting »

La série parle à de nombreuses reprises de la santé mentale et de combien sa préservation est importante. En effet, les personnages souffrent tout au long de la série notamment des pertes qu’ils ont subies mais aussi à cause de leurs échecs personnels. Car oui, ils ne gagnent pas toujours. Petit conseil : faites attention dès que vous vous attachez à un personnage car tous ceux qui approchent les frères souffrent des conséquences. Ainsi, difficile pour eux de garder le moral. Pourtant, à aucun moment ils n’abandonnent. Même lorsque ça semble peine perdue, ils n’arrêtent pas peu importe ce qui en suit. Supernatural est un hymne à la persévérance, au courage, à l’espoir.

La citation « Always Keep Fighting » qui signifie en français « Continue toujours à te battre » a pris de l’importance auprès des fans de la série grâce à l’acteur Jared Padalecki. Celui-ci a lancé une campagne en mars 2015, mettant en vente des t-shirts avec le slogan, dans le but de verser de l’argent à des associations caritatives de prévention du suicide et dédiées à la santé mentale. L’acteur a choisi un certain nombre de fans ayant participé à l’achat des t-shirts et les a récompensé sous forme d’appels ou de cadeaux. Quand les ventes ont commencé, un mouvement s’est lancé sur Twitter : des fans ont acheté des t-shirts à d’autres fans démunis qu’ils ne connaissaient pas spécialement, qui souffraient de troubles mentaux. La raison pour laquelle Jared Padalecki a lancé cette campagne est liée à sa propre dépression. Cette initiative a poussé les fans et acteurs de la série à parler plus ouvertement de leurs difficultés, allant jusqu’à introduire la thématique dans la série. Ce message, cet appel à prendre soin de soi et de sa santé mentale m’a beaucoup aidé dans les moments plus difficiles de la vie.

« Don’t judge a book by its cover »

Cette phrase a un double sens. Rien ni personne ne reste fixe dans Supernatural . Ceci apporte, à mes yeux, une sensation de fraîcheur comparé à ce qu’on peut retrouver dans d’autres œuvres fictionnelles. À première vue, on pourrait croire que tout est noir et blanc : il y a les gentils, les chasseurs, et les méchants, qui sont… à peu près toutes créatures surnaturelles. La série détruit ces stéréotypes. Au départ, les spectateurs rencontrent des personnages qui s’opposent aux frères, comme Crowley et sa mère Rowena. Puis, plus on les voit apparaître, plus on se rend compte qu’ils sont nuancés, jusqu’à  venir se ranger du côté des Winchester à la fin. Évidemment, il y a des gentils qui restent gentils et des méchants qui restent méchants, mais c’est plutôt rare. Même le personnage de Lucifer, censé être l’incarnation du diable, réussit à certains moments à nous faire de la peine.

À l’inverse, certains personnages peuvent nous sembler gentils de prime abord alors qu’ils ne le sont pas. On retrouve plusieurs exemples dans la série : des chasseurs qui trahissent leurs confrères, des proches des Winchester qui se révèlent ne pas être ceux qu’ils croyaient mais aussi, et tout simplement, des personnages reconnus comme fondamentalement bons dans la culture tels que les anges et Dieu. Eh oui, Supernatural n’a peur de rien et n’hésite pas à sortir des sentiers battus. Ainsi, une valeur que je considère plus qu’importante est de pousser le spectateur à voir que le monde n’est pas blanc ou noir mais plutôt gris. Même les protagonistes de la série font des erreurs et mentionnent à plusieurs reprises qu’ils ne sont pas des héros. Cette notion nous pousse d’un côté à nous méfier et à ne pas croire tout ce qu’on voit, mais d’un autre à voir le bien et le mal dans chaque personne.

Je pourrais vous donner encore toute une série de valeurs et de leçons que j’ai apprises à travers cette série. Non seulement l’article serait trop long, mais surtout cela ne vous laisserait plus aucune surprise. J’espère néanmoins avoir réussi à transmettre ma passion pour cette série.

Enfin, je souhaiterais partager avec vous un souvenir agréable de 2018. Cette année-là, je suis allée avec une de mes meilleures amies à Montréal pour rencontrer les acteurs de la série lors d’une convention. Un défi fou, entre autres, mais que je relèverais une seconde fois sans hésiter. Même si Supernatural s’est achevé il y a un peu plus d’un mois, je sais que cette série gardera une place spéciale dans mon cœur. Quand quelque chose qu’on aime ardemment prend fin, c’est toujours un moment difficile à vivre. On se rappelle alors que, « la fin de chaque chose marque toujours le début d’une autre ».

Même rédacteur·ice :

Supernatural

Série créée par Eric Kripke
Avec Jensen Ackles , Jared Padalecki , Misha Collins , Jim Beaver , Alexander Calvert , etc.
États-Unis, 2005 – 2020
327 épisodes d’environ 42 minutes

Voir aussi...