[youtube id="lVlgMEFu1PI"]

Je pense souvent à Omar Souleyman ces dernières années. D'abord parce que régulièrement, au détour d'une fête, je ne résiste pas à l'envie de faire danser mes invités sur cette dance music made in Syria. Aussi parce que j'y entend le temps d'avant, et que c'est le lien le plus fort qui, pour ma part, m'attachait à ce pays que je connaissais peu.

Je l'avais découvert en 2007 grâce à l'album Highway to Hassake publié sur Sublime Frequencies. Directement adopté. J'imaginais la joie d'assister à l'un des mariages qu'il animait là-bas et dont il tirait, selon la légende, un album à chaque fois. On disait qu'il en existait entre entre 500 et 1000...

Désormais exilé en Turquie, produit par Four Tet, clippé kitsch, Omar Souleyman chante toujours l'amour. Viendra un temps où il célèbrera à nouveau des mariages.