Grâce à la rencontre d’André Balthazar, de Pol Bury et d’Achille Chavée, La Louvière a vu naître la pensée Bul qui s’est épanouie avec le Daily Bul. Depuis 2009, les archives de cette formidable maison d’édition sont conservée au Daily Bul & C°, un centre d’archives doté d’une technologie de pointe que l’on peut apprécier ici.

Récemment, la revue el batia moûrt soû, qui fête cette année ses 20 ans, a confié ses archives au Daily Bul & C°. Pour marquer le coup, une exposition s’imposait. Elle a été présentée du 31 janvier au 26 avril et s’intitulait 20 ans de caricature et d’humour (1995-2015).

L’origine du nom du journal vient du titre d’une poquette volante (grande collection de textes brefs tirés à l’époque à 1000 exemplaires sans réédition possible) qui proposait une traduction en wallon du Bateau ivre de Rimbaud. Les bibliophiles classent généralement ce texte à côté d’Ubu rwè, traduction d’Ubu roi de Jarry par André Blavier éditée par Yellow Now.

Mais laissons ces considérations biblio-wallonnes de côté pour en venir à l’essentiel. El batia moûrt soû est un journal satirique belge (écrit en français, qu’on se rassure) qui pourrait rivaliser avec Charlie Hebdo ou Siné Mensuel si les animateurs de ces publications n’étaient pas avant tout (presque tous) des amis. Karoo vous propose cette semaine un échantillon de l’exposition et, en fin de semaine, une interview de Serge Poliart, fondateur du journal.



Couverture - Batia 71
Couverture – Batia 71




doc presse 2007 003 - S. Poliart
S. Poliart




doc presse 2007 011 - Curé - S. Poliart
Curé – S. Poliart




LE SECATEUR
Le Sécateur




Sergio 285
Sergio




vulgaire
Vulgaire




Johanna
Johanna




Marc Bourgeois
Marc Bourgeois




Picrit
Picrit




Couverture Batia 59 - Siné
Couverture Batia 59 – Siné



Crédits : Archives El Batia Moûrt Soû / Centre Daily-Bul & C°