« 8e art – Nouveaux regards » regroupe huit adeptes de la photographie. L’équipe est composée de six personnes enthousiastes et complémentaires qui ont eu l’idée de mettre sur pied une exposition photo permettant à de jeunes talents de promouvoir leur travail auprès d’un large public et de nouer des contacts avec des professionnels de la photographie.

L’exposition a eu lieu dans les locaux du Creative District, situés au 70 Boulevard Adolphe Reyers à 1030 Schaerbeek, durant trois jours consécutifs, ce week-end du 28, 29 et 30 mars 2015.


Behrouz Riahi, D’ombres et de Lumières

Behrouz Riahi/Zardo a 29 ans. Il a appris la photographie en autodidacte. Sa démarche consiste à illustrer un monde mi-réel, mi-onirique, désirant plonger le spectateur dans un paysage dont on ne sait si il est photographié, dessiné ou peint, réel ou imaginaire. Enfant, il a été initié aux contes et aux légendes (Frères Grimm, Andersen,…) et à la peinture surréaliste (Delvaux, Magritte,…). Chacune de ses photos a une signification en lien avec son histoire personnelle, ses émotions ou des évènements de vie.

Plus sur Behrouz Riahi/Zardo

 

New Start by Zardo
New Start




Bruxelles by night by Zardo
Bruxelles by night





Justine Cols, Le nu

« J’ai choisi l’abstraction géométrique car elle repose sur une organisation de l’espace qui se crée soit par une loi de construction édictée par l’artiste lui-même, soit par une recherche d’une pureté pouvant aller jusqu’au dépouillement total.
Une photo d’art abstrait ne représente rien par définition. Cette évidence reste parfois encore mal acceptée car elle bouleverse les goûts et les habitudes. En ne montrant pas le sujet mais en le suggérant, l’abstrait fait travailler l’imagination. Mes œuvres reflètent ma vision du corps humain et mettent en évidence la beauté de ses courbes. »

Plus sur Justine Cols

nu (2)
nu (2)




nu (8)
nu (8)





Margaux De Ré, La nécessité, mère de l’invention

« Cuba, septembre 2014.
Au détour d’une balade au cœur de la forêt tropicale, un Cubain m’a glissé : « La nécessité est mère de l’invention. Et tu sais qui sont ses pères ? Les Cubains ! ».
Photographier Cuba, c’est poser un regard européen sur un peuple hors du temps, emprunt d’une misère que l’on ne connaît plus, et d’une joie de vivre paradoxalement infinie. Les Cubains ont pu trouver le remède aux terribles fractures que connaît leur île : l’inventivité. Inventer, c’est détourner les règles du jeu pour en tirer un peu de bonheur. »



received_1027888680574235




received_1027888683907568





Karol Mucha, Un grain d’argentique dans l’ère du numérique

« Dans l’ère du numérique, la photographie argentique est un art plus personnel, utilisé avec modération et finesse : appuyer sur le déclencheur pour prendre l’unique photo de la scène, l’enfermer dans le boîtier en gardant la surprise jusqu’au moment du tirage de la pellicule. Pour enfin, comme un enfant attendant d’ouvrir son jouet Kinder Surprise, revivre ce voyage à travers les clichés en noir et blanc, voyage dans une nostalgie lointaine sur papier. J’aime cette approche plus réfléchie, l’idée de partir au loin avec une pellicule de 36 prises plutôt que de mitrailler une scène 30 fois avec un appareil numérique, pour finalement laisser ces photographies dans l’oubli, quelque part sur un disque dur. »

Plus sur Karol Mucha

 

01- Karol Mucha - Lines
Lines




2- Karol Mucha - Polish Old Town
Polish Old Town





Jason Aldridge, First colored man on the moon

« Un homme de couleur n’a jamais posé le pied sur la lune. En tant que photographe, je vais réaliser un rêve et le rendre possible. Je vais déguiser un homme noir à l’aide de vêtements africains, sur sa tête sera posé un vase sphérique qui fera référence au scaphandre de l’astronaute. Par la suite, j’ajouterai à son costume des pièces que je fabriquerai moi-même (bottes entourées de papier collant couleur aluminium, pour la bonbonne d’oxygène, je vais entourer d’aluminium une boîte à chaussure de papier cadeau,…).
Dans cette série, il y a différentes étapes du voyage de mon astronaute, ou dois-je plutôt dire afronaute. Tout d’abord une photo à la base d’entrainement sur Terre. On peut voir mon personnage sans sa bulle. C’est en quelque sorte sa dernière photo avant un long voyage. Ensuite, le voyage de la Terre jusqu’à la Lune. Mon afronaute est installé dans sa cabine. Une autre photo est l’arrivée de l’astronaute sur la Lune (les premiers pas d’un homme noir sur la Lune) et les autres sont des photos de l’astronaute marchant sur la Lune, découvrant pour la première fois la planète. »

Plus sur Jason Aldridge

 

_DSC935m




IMG_956l8s





Drak Spirit, Portraits de rue : Hommes inflexibles

Le photographe DrakSpirit capture de magnifiques portraits en noir et blanc. Ses images ultra-contrastées permettent de révéler toute la profondeur des visages des personnages que ses modèles incarnent dans un univers sombre et mystérieux.

Plus sur DrakSpirit

 

Drak-Spirit-5




SERGE_3DRAKSPIRIT





Abel Ilito Limoma, Portraits d’apparences

« On dit souvent que l’apparence ou l’image que l’on reflète correspond à notre personnalité, qu’elle détermine qui nous sommes au plus profond de nous-même. L’apparence peut être aussi une manière de se protéger, synonyme de bien-être ou mal-être, une manière de se sentir intégré dans un groupe d’individus et d’afficher son appartenance. L’apparence peut être source de revendications, de protestation et de liberté. Mais c’est aussi vouloir poser une étiquette sur la personne et la mettre dans une certaine catégorie. En effet, l’apparence ou l’image ne détermine pas forcement la personne. Certaines personnes se donnent une certaine image pour se protéger, frimer, se sentir intégré dans un groupe ou un milieu social, mais ce n’est pas forcément le reflet de sa personnalité profonde.
Ce travail est une critique sur les préjugés non-fondés qui poussent à poser des étiquettes en fonction d’une image qui est en contradiction avec les normes sociales, culturelles et religieuses. Ce travail vise aussi à démontrer l’importance de cette apparence, sa force et sa fonction, et cela en creusant là où les étiquettes ont juste été données. »

 

_DSC0525




_DSC0547





Sylvie Hustin, Lutte traditionnelle lors de la fête du Roi, Oussoye, Sénégal

« Sage-femme de formation, je travaille actuellement avec les personnes sans-abris. Passionnée de photographie depuis de nombreuses années, j’apprécie tout particulièrement de capturer les émotions qui émanent de la vie quotidienne. Le voyage, mon autre terrain de prédilection, me permet d’observer et de cerner les moments les plus captivants et originaux.
Cette série de photos a été réalisée au Sénégal, et plus particulièrement en Casamance lors d’une fête traditionnelle : la fête du Roi. Les habitants de chaque quartier escortent leurs lutteurs vers le ring central. Des dizaines de participants s’affrontent alors sous les yeux émerveillés de tous. »


lutte sénégal_2




lutte sénégal_4