Tout l’été sur Karoo, découvre le travail de quelques étudiants en cinéma d’animation de la Cambre.

 
Quand nous demandons à Lora d’Addazio de nous écrire une petite note explicative sur son travail, voici ce qu’elle nous répond :
 
Sept années passées à la Cambre, c’était vraiment long.
 
Mais le temps passe si vite quand on s’amuse, parce que raconter des histoires avec des dessins et de la musique, c’est si cool...
Mais aussi et surtout, pouvoir créer et détruire comme bon me semble, ça, ça me plaît beaucoup. Mélanger des arts différents (mon préféré : le dessin), la vidéo, la musique, le théâtre, la danse... avec comme seule limite son imagination... et l’argent.
 
Étant donné que l’argent, je n’en ai pas, on voudrait lancer un projet avec une amie, Gimme Money, autrement dit de la vidéo-performance super-marketing, ce qui nous permettrait de gagner des sous et de faire que ce qu’on veut. Puis, avec Alex (le scénariste des Whyers), mon pote, on fait un autre truc qui s’appelle Je fais ce que je veux, ça aussi ça va être bien. Puis on sortira plein de capsules super-courtes des Whyers pour fêter ça.
 
Et vu que la vie, c’est encore long, j’espère au moins que ça va continuer à être amusant.
 
 

[vimeo id="26490385"]

 

L’intérêt du Bonbon de l’amour réside dans cette indécision entre réalisme et onirisme. C’est une nouvelle dimension qui y est développée, où les frontières entre le vrai et le faux, le bien et le mal sont perméables. Sont-elles en train de jouer la comédie et d’imaginer une situation extrême, ou sont-elles simplement sadiques ?

 

En savoir plus...

Le Facebook des Whyers. Le Tumblr des Whyers.