Céline Delbecq est comédienne, metteuse en scène et auteure. Elle a écrit plusieurs textes, parfois à destination du jeune public : Hibou, Hêtre, Poussières, pour ne citer qu’eux. Karoo a vu pour vous cette saison Abîme, un spectacle percutant qui parle de la fin de vie.

Quel livre emporterez-vous en vacances ?
Lettres à un jeune poète de Rainer Maria Rilke. Parce que je l'emporte partout avec moi.

Quel est le spectacle qui vous a marqué cette saison ?
Le dernier : Une charge déraisonnable de Silvia Guerra que je viens de voir au Cocq'Arts Festival. Parce qu'il y a une nécessité de prendre la parole et zéro souci de plaire. ça fait du bien. (infos ici).

rilke

Quels sont vos projets pour la rentrée ?
La création du prochain spectacle de la compagnie : l'Enfant sauvage (infos et calendrier ici).
Une résidence d'écriture à la Chartreuse en septembre, une autre en octobre.
Une lecture de Poussière dans le cadre de la quatrième édition de Les Amies d'Olympe (infos ici)
L'écriture de Le vent souffle sur Erzebeth que l'on devrait créer en 2017.
Une formation de bénévolat en soins palliatifs.

Quelle serait votre destination vacances idéale ?
Un endroit où la nature est plus bruyante que les hommes.

Quelle est votre définition du mot « vacances » ?
Écrire et aimer au soleil.

Pendant l'été, avez-vous des projets théâtre ?
Il y aura deux lectures de l'Enfant Sauvage au Festival d'Avignon (au Théâtre des Doms et à la Manufacture) par Thierry Hellin (qui est également le comédien du spectacle). Et je compte bien profiter de ce souffle tant attendu pour poursuivre l'écriture d'Erzebeth.