Décrire une scène culte sans la vidéo mais avec les mots, c’est possible ! Thibault Scohier commente une séquence de Ran, un des chefs-d’œuvre d'Akira Kurosawa.

Akira Kurosawa est connu pour ses scènes à la fois magnifiques, épiques et pleines de sens. La fuite du seigneur Hidetora Ichimonji au milieu de Ran fait partie de celles-là.

Le vieil homme sort de sa forteresse en flamme, entouré d’un tourbillon de fumé ; il est gris, il semble déjà mort, plus proche de l’esprit que de l’être humain.
Le vieil homme sort de sa forteresse en flamme, entouré d’un tourbillon de fumé ; il est gris, il semble déjà mort, plus proche de l’esprit que de l’être humain.

Le vieil homme sort de sa forteresse en flammes, entouré d’un tourbillon de fumée. Il est gris, il semble déjà mort, plus proche de l’esprit que de l’être humain. Il traîne le fourreau vide de son sabre derrière lui, comme un boulet. Chacun de ses pas fait reculer l’armée de ses fils, coalisés contre lui. Les rangs de soldats s’écartent, reculent, lances en avant mais terrifiés par l’aspect fantomatique de leur ancien suzerain.

Hidetora Ichimonji, seigneur de rien, seigneur des piles de cadavres qu’il croise en quittant la forteresse, marche vers la caméra, son château le surplombe comme une couronne de feu, les soldats le regardent partir épouvantés, il est fini, brisé, déjà en ruine, son héritage se désagrège à cause de la voracité de sa descendance. Il n’y a pas de musique, juste le bois qui craque et qui flambe, juste le vent.

Le seigneur disparaît du cadre, l’un de ses fils le remplace. C’est lui maintenant sous la couronne de feu, ce sera lui le prochain à se consumer.

170109-cinema_scene-culte_thibault-scohier_ran_def-image-2
Le vieil homme s’apprête à sortir du cadre.

En savoir plus...

Ran Réalisé par Akira Kurosawa Avec Tatsuya Nakadai, Shinnosuke « Peter » Ikehata, Akira Terao, Jinpachi Nezu Japon/France, 1985 162 minutes